Derniées informations
prev next

ALGÉRIE/POLITIQUE : La mobilisation continue pour un sixième vendredi.

Par AD BOUARISSA-- 28-Mar-2019 1946

ALGÉRIE/POLITIQUE : La mobilisation continue pour un sixième vendredi.

 

Face à l’entêtement des responsables dans le clan de Bouteflika à maintenir leurs postes et leurs privilèges, la rue a opposé la mobilisation, sa seule arme pour éviter les divisions, les dérapages et les récupérations.

Des appels à manifester vendredi VI ont d’ores et déjà été lancés en Algérie. Le pays devrait connaître un sixième vendredi de mobilisation monstre le 29 mars pour réclamer le départ d’Abdelaziz Bouteflika, qui a repoussé les élections présidentielles prévues en avril à une date inconnue et  demander des réponses claires de la part du pouvoir qui s’entête à faire la sourde oreille.

Ce vendredi sera aussi une réponse à la demande du chef de l’armée Gaid Salah à l’application de l’article 102 de la Constitution que de la majorité de la rue pense que c’est une autre manœuvre du système pour rester en place. « On veut des réponses que la rue avait posées et non pas des ruses et des anciennes propositions déguisées », dira un des jeunes.

En vérité, la jeunesse algérienne en a marre de ces mêmes têtes qui ont pris d’assaut les appareils de l’Etat jusqu’à en avoir fait, pour beaucoup d’entre eux, une propriété privée. Ce rejet du peuple des dernières propositions du pouvoir pour parrainer le changement du régime, exacerbé par l’autisme officiel, aurait provoqué la radicalisation des revendications de la base : ‘’Irouhou Gaa’’ (Ils partent tous). En ce sens, tous ceux qui ont participé, d’une manière ou d’une autre, à la gestion des affaires de l’Etat sont désormais mal vus par la rue et priés de prendre leur retraite dans les plus brefs délais. Les internautes envoient le signal aux autorités de leur rejet des propositions et déclarations effectuées par le président Bouteflika, il y a plusieurs jours et ses nouveaux hommes forts du gouvernement, Nourredine Bedoui et Ramtane Lamamra ainsi que celle de Gaïd Salah.

Dans plusieurs quartiers des villes et villages Algériens, les jeunes s’activent à préparer les pancartes, les banderoles, les  slogans, les chants, la logistique et tout dont ils ont besoin. « Chaque semaine apporte son lot de caricatures, de chants, de messages, d’humour, beaucoup de fraternité et d’amour », dira Djamel, un artiste peintre.

Des groupes se sont formés depuis le deuxième vendredi. Chacun est chargé d’une mission bien particulière : l’écriture des pancartes, les dessins, les chansons, les soins, la distribution d’eau, de jus de nourritures, de veiller au calme, …

« Nous sommes là, chaque vendredi et pourquoi pas chaque jour jusqu’à ce qui ces responsables descendent dans la rue », ironisa un jeune chanteur.

les commentaire

Laisser un commentaire