Derniées informations
prev next

ALGÉRIE/POLITIQUE : Ce qu’il faut retenir de ce vendredi VII.

Par AD BOUARISSA-- 06-Avr-2019 825

ALGÉRIE/POLITIQUE : Ce qu’il faut retenir de ce vendredi VII.

– La rue est toujours mobilisée et n’abdique pas. La mobilisation des citoyens a été au rendez-vous en ce septième vendredi consécutif et ce, à travers toutes les grandes villes du pays.

– L’Algérie n’est plus sous la présidence de l’ex-président de la République Abdelaziz Bouteflika.

– Les manifestant sexigent  le départ des 4 B (Abdelkader Bensalah, Tayeb Belaïz, Noureddine Bedoui et Mouad Bouchareb).

– Le Mouvement populaire a bien défini son objectif dès le début des manifestations, en disant Non au 5e mandat et non au prolongement du 4e mandat et Oui pour le départ du système qui a fidèlement servi le cercle Bouteflika au détriment du pays.

– Une grande présence féminine ce qui a donné un charme et une assurance aux manifestations.

– Les Algériens qui ont manifesté ce vendredi n’ont pas célébré le chef de l’armée en héros. Ils ne l’ont pas critiqué non plus. Ahmed Gaïd-Salah a figuré sur certaines pancartes, il a eu quelques louanges, des piques aussi, mais globalement, les manifestants préfèrent attendre la suite des événements.

– Saïd Saadi, Me Mokrane Ait Larbi et Rachid Nekkaz ont été chassés des manifestations. « Le peuple sait reconnaître les siens », dira une vielle femme.

– Les Algériens veulent contrôler et participer à toutes les décisions politiques et autres.

– Les Algériens ont peur des résidus de l’ancien système. Ils réclament leur départ le plus tôt possible. « Ils sont comme une mauvaise herbe. Il ne suffit pas de tailler la tête car elle se régénère rapidement et en se multipliant. Mais il faut l’enlever de la racine. », disent les manifestants.

Ils ne font pas confiance à ces trois fidèles de Bouteflika et ils l’ont dit sans ambages. Ils ont signifié que leur révolte n’était pas destinée uniquement contre Bouteflika et son entourage, mais contre tout le système.

– Des  demandes de dissolution du RND et du FLN ont été faites durant ces manifestations.

– Pas de confiance dans les partis politiques et les pseudo-opposants. Ceux qui changent de veste maintenant, pas la peine, nous ne voulons pas de vous. Inutile de venir s’abriter au milieu du peuple. Pas de corrompus parmi nous.

– Le départ de Tartag : Le Général-major Athmane Tartag, dit Bachir, Conseiller auprès du président de la République chargé de la coordination des services de sécurité, a été démis de ses fonctions, a-t-on confirmé vendredi de source proche du ministère de la Défense nationale (MDN).

La structure, dirigée depuis 2015 par M. Tartag, est dorénavant sous la tutelle du MDN.

les commentaire

Laisser un commentaire