Derniées informations
prev next

ALGÉRIE/ POLITIQUE : Les parlementaires du FFS dénoncent « l’entêtement du pouvoir à imposer la voie constitutionnelle comme seule option « 

Par Y.B.-- 09-Avr-2019 1

ALGÉRIE/ POLITIQUE : Les parlementaires du FFS dénoncent « l’entêtement du pouvoir à imposer la voie constitutionnelle comme seule option « 

 

 

Les parlementaires du Front des Forces Socialistes (FFS) dénoncent lundi « l’entêtement du pouvoir à imposer la voie constitutionnelle comme seule option » alors que celle-ci « ne répond pas aux aspirations et aux revendications populaires ».

Pour les députés et les sénateurs du FFS « une constitution imposée par un régime autoritaire ne saurait être porteuse d’une solution à une crise éminemment politique » tout en rappelant que « les Algériennes et les Algériens exigent le changement du système par la voie d’une solution politique et consensuelle qui aboutira à une véritable transition démocratique ».

Les parlementaires du FFS mettent en garde « contre toute tentative de répression ou de détournement de ce mouvement populaire et pacifique au bénéfice d’une alternance clanique au sein de ce système maffieux et corrompu ». Les parlementaires du FFS réitèrent que « seule une transition démocratique au terme d’un processus constituant et l’élection d’une Assemblée Constituante permettra aux Algériennes et aux Algériens d’exercer leur souveraineté et de recouvrir leur droit à l’autodétermination ».

Les parlementaires du FFS affirment ne pas cautionner   « la mascarade constitutionnelle qu’ils veulent imposer comme solution ».

Réagissant, par ailleurs, aux décisions de la direction de leur parti de la levée de couverture politique à leur encontre, les parlementaires du FFS dénoncent ce qu’ils qualifient de « pratiques staliniennes d’un groupe qui a squatté la direction du parti et qui, en violation des statuts et au mépris de nos instances, continue dans la purge des militants qui refusent d’obéir à leur entreprise de normalisation du FFS ».

Pour eux, « ce groupe qui a fait main basse sur la direction du Parti, rejeté par la base militante et par l’écrasante majorité du Conseil national persiste à recourir à la violence pour empêcher tout débat au sein des structures et ainsi se soustraire au devoir statutaire de rendre des comptes ».

Les parlementaires du FFS « ne reconnaissent pas les décisions unilatérales et anti-statutaires prises par une commission dissoute par le Conseil national et notifiées par un Premier secrétaire illégitime et illégal ».

les commentaire

Laisser un commentaire