Derniées informations
prev next

ALGÉRIE/ POLITIQUE : Attention aux rumeurs sur l’anti-kabylisme ?

Par Y.B.-- 25-Avr-2019 19

ALGÉRIE/ POLITIQUE : Attention aux rumeurs sur l’anti-kabylisme ?

 

 

Depuis quelques jours, plusieurs voix crient à l’anti-kabylisme. Cela a commencé par la propagation sur les réseaux sociaux de rumeurs selon lesquelles les drapeaux amazighs, étroitement associés à la Kabylie, seraient confisqués lors des manifestations sur instruction des autorités. Cependant, cette fake new a été rapidement démenti par la DGSN.

Aujourd’hui encore, l’on s’indigne d’une supposée volonté de museler et de damner la Kabylie. Les dernières poursuites judiciaires et enquêtes enclenchées sur des soupçons de transfert illicite de capitaux vers l’étranger et de corruption avivent particulièrement cette idée, d’autant que les personnalités et hommes d’affaires ciblés sont originaires de Kabylie. Cependant, cela suffit-il à crier à l’anti-kabylisme ?

Les réseaux qui font répandre cette idée ciblent particulièrement le Chef d’Etat-major de l’ANP, le général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah, qu’ils accusent de s’en prendre à une région sensible de l’Algérie. Si le vice-ministre de la Défense nationale véhiculait vraiment de telles idées, installerait-il un Commandant des forces aériennes kabyle ? En effet, en septembre dernier, Ahmed Gaïd Salah a installé le général-major Hamid Boumaïza dans les fonctions de Commandant des Forces aériennes. Outre Boumaïza, plusieurs hauts responsables de l’Armée nationale populaire sont issus de Kabylie.

Par ailleurs, les procédures judiciaires lancées contre les hommes d’affaires n’en excluent aucun. Pour preuve, les frères Kouninef originaires de l’Ouest du pays sont fortement ciblés, d’autant que leur dossier est le plus lourd. Et comme l’a réaffirmé hier le MDN dans un communiqué cinglant, l’institution militaire s’interdit toute ingérence dans la justice qu’elle veut indépendante. Celle-ci agit sans pression aucune.

Selon des informations concordantes, c’est l’ancien puissant patron du renseignement, le général Mohamed Mediène, alias Toufik, qui tenterait, à travers ses relais habituels, de faire répandre cette idée afin de susciter un climat de haine et de racisme entre les Algériens. Si toutefois ce climat s’installait, cela ouvrirait la voie à la division, une carte que le lan Bouteflika a l’habitude de brandir et qui permettrait, comme cela a été le cas dans le passé, à des forces étrangères hostiles de justifier leur ingérence.

les commentaire

Laisser un commentaire