Derniées informations
prev next

ALGÉRIE/POLITIQUE : Acte 13 : BRÈVES DU VENDREDI 17 MAI 2019

Par A.B.-- 17-Mai-2019 479

ALGÉRIE/POLITIQUE : Acte 13 : BRÈVES DU VENDREDI 17 MAI 2019

 

-Un dispositif de force de sécurité autour de la grande poste pour tenter de dissuader les  Algériens à s y rendre pour manifester comme tous les autres vendredi passés

 

 

 

 

 

 

 

Le Tifo de Bordj Bou Arreridj dévoilé

La place “Palais du peuple” à Bordj Bou Arreridj a été, encore une fois, ce vendredi un grand nombre de manifestants venus prendre part à la manifestation contre le système. Les manifestants ont entonné des chants révolutionnaires.

-Une équipe de l’ENTV chassée par des manifestants à Bouira

-À Saida, les citoyens sont sortis en masse pour réaffirmer leur détermination à poursuivre le combat

-Mostaganem : La mobilisation reste intacte dans la ville malgré le jeûne. Non aux élections du 04 juillet, FLN dégage, scandent les manifestants à côté du siège de la wilaya

Selon Atmane Mazouz, député RCD de Bejaia, le maire de Chemini (w. Bejaia) « a été interpellé ce matin à Alger ainsi que d’autres manifestants », et « la police refuse de dire où ils sont détenus ».

 Les manifestants ont réussi à Alger à forcer le cordon policier déployé aux alentours de la grande poste pour les empêcher de monter sur le parvis. Les policiers ont été contraints de quitter les lieux.

-Tlemcen: La mobilisation est loin de s’essouffler dans la capitale des zianides. « Oui pour un Etat civile, non pour un régime militaire », scandent les milliers de manifestants qui battent le pavé au centre-ville en ce moment. « Nous voulons une démocratie et un Etat de droit et non pas une dictature », lancent les marcheurs.

-El Tarf : une marche imposante s’est déroulée aujourd’hui Les manifestants ont scandé des slogans hostiles aux élections du 4 juillet prochain.

-Alger : la situation est tendue. Les policiers bloquent toujours l’accès au parvis de la Grande Poste. Ils ont utilisé les gaz lacrymogènes et le canon à son pour éloigner les manifestants qui veulent y accéder.

-Alger : plusieurs maires manifestent pour réclamer le changement. – Plusieurs maires des différentes régions du pays notamment de Tizi Ouzou sont à Alger avec leurs écharpes pour manifester contre l’organisation des élections présidentielles  du 4 juillet. Ils avaient appelé les maires de tout le pays pour marcher aux côtés des citoyens en guise de soutien au rejet de l’élection présidentielle.

 

-Des manifestants scandent à la grande poste des slogans hostiles au chef d’Etat major de l’armée Ahmed Gaid Salah.

– Les policiers bousculent les manifestants pour tenter de repousser les manifestants déterminés à monter sur les escaliers de la grande poste.

–  les manifestants tentent d’investir le parvis de la grande poste devant un important dispositif policier .La foule grossit avec l’arrivée des manifestants en dépit des barrages filtrant et bloquant l’accès à la capitale. Ils scandent des slogans hostiles au pouvoir pour réclamer le changement par le départ de toutes les figures du régime. Malgré ce dispositif les manifestants appellent et rappellent leur pacifisme.

– La ville de Bordj Bour Arreridj, qui enregistré chaque vendredi un nombre impressionnant de manifestants dont certains médias les estiment plus important que ceux qui manifestent à Alger, est également quadrillé par un dispositif de la police et de la gendarmerie.

– Les accès vers la capitale sont bloqués par des barrages de la police et de la gendarmerie nationale pour tenter de dissuader les Algériennes et les Algériens à s y rendre pour manifester comme tous les autres vendredi passés.

Le politologue d’origine algérienne  qui dirige le Centre d’études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen à Genève, Hasni Abidi  écrit vendredi sur son compte Twitter  “13e vendredi de mobilisation en Algérie face à 3 points: 1/la détermination du peuple est accompagnée de plusieurs sortie de crise. 2/l’attachement du pouvoir à une feuille de route rejetée en masse. 3/ le silence inhabituel de l’armée. Un Signe?”.

Un barrage installé sous le pont de Bab Ezzouar avec des dizaines de policiers. Les véhicules immatriculés hors Alger sommés de décider vers Bab Ezzouar, dont la bretelle est hermétiquement fermée

-Dès les premières heures de la matinée, la grande poste est remplie de manifestants.

– Karim Tabbou à Gaïd Salah : « Vous avez qu’à enlever votre tenue et prendre la place de Bensalah »

les commentaire

Laisser un commentaire