Derniées informations
prev next

ALGÉRIE/ POLITIQUE : Les slogans qui dérangent en force durant les manifestations du vendredi 14

Par A.B.-- 24-Mai-2019 1

ALGÉRIE/ POLITIQUE : Les slogans qui dérangent en force durant les manifestations du vendredi 14

« Système dégage ! » « Yetnahaw Gaâ », « On a dit Irouhou, Irouhou gaâ » …, des slogans qui reviennent chaque vendredi, comme des leitmotivs sur les banderoles des citoyens qui défilent.

Des mots d’ordre qui expriment la volonté du peuple de voir toutes les figures de l’ancien système, sans exception, débarrasser le plancher pour ne pas polluer la nouvelle Algérie post -hirak

Il se trouve que ces slogans fétiches des manifestants ne reviennent pas du tout à Gaid Salah et semble écorcher ses oreilles plus enclines à écouter des odes dédiés à sa personne épinglée chaque vendredi.

Le départ du système tel que réclamé par les manifestants est considéré par le patron de l’Armée comme une revendication « irrationnelle, irraisonnable, non objective, dangereuse et malveillante ». « Certaines revendications irrationnelles, telle que l’exigence du départ collectif de tous les cadres de l’Etat, sous prétexte qu’ils représentent les symboles du système » souligne-t-il

Pour lui, Il s’agit aussi « d’une revendication non objective et irraisonnable, voire dangereuse et malveillante, qui vise à déposséder les institutions de l’Etat de ses cadres et les dénigrer ».

Et ce dernier de multiplier les d’éloges vis-à-vis de « Ces cadres qui ont eu le mérite de servir leur pays à tous les niveaux, avec intégrité et dévouement, et nul n’a le droit de se substituer à la justice en leur proférant des accusations et en réclamant leur départ ».

Gaid Salah soutient, sans preuves du reste, que ceux qui portent ces revendications et ceux « qui gravitent autour d’eux » ont un objectif : « Barrer la route à toute solutions possibles et plonger le pays dans une impasse politique préméditée afin d’entrainer le pays  dans le vide constitutionnel ».

Ces derniers, accuse-t-il encore, chevauchent les manifestations « afin de promouvoir des idées qui ne servent pas l’Algérie et qui ne se conforment nullement aux revendications populaires scandées ».

Et d’ailleurs, c’est la raison pour laquelle le chef de l’Armée juge désormais « impératif de revoir la manière d’organiser ces manifestations et la nécessité de les encadrer par les personnes ayant un esprit nationalistes, responsables, craignant Allah quand il s’agit de leur peuple, leur patrie et les institutions de leur état ».

Pourtant, ces manifestations qui ont suscité l’admiration du monde entier se caractérisent depuis le 22 février par  leur pacifisme, leur haut niveau de conscience et le général Ahmed Gaid Salah lui-même s’en est félicité dans ses multiples interventions.

A moins qu’il ne veuille encadrer les manifestations comme il le souhaite, aux pas (défilés) et pour entendre chaque vendredi les algériens crier « Djeich Chaâb, maâk Ya El Gaid ! »

les commentaire

Laisser un commentaire