Derniées informations
prev next

ALGÉRIE/ POLITIQUE : 14E VENDREDI DU MOUVEMENT POPULAIRE : La rue ne faiblit pas malgré les interpellations et les blocages!

Par Y.B.-- 25-Mai-2019 8

ALGÉRIE/ POLITIQUE : 14E VENDREDI DU MOUVEMENT POPULAIRE : La rue ne faiblit pas malgré les interpellations et les blocages!

En dépit du durcissement du dispositif sécuritaire et malgré les arrestations opérées tôt le matin à Alger centre, la persévérance du mouvement populaire reste intacte.

Ce vendredi 24 mai, quatorzième du mouvement populaire contre le pouvoir et le troisième depuis le début du mois de Ramadhan, a été sans doute une des plus grandes journées de mobilisation des Algériens pour redire leur rejet du système et leur désir d’un véritable changement.

À Alger, Bordj Bou Arreridj, Bejaïa, Annaba, Oran, Constantine, Skikda, M’Sila, comme dans les wilayas du sud, les Algériens sont descendus dans les rues pour revendiquer un changement du système. Trois mois après son début, le mouvement ne s’essouffle pas. Les revendications des manifestants continuent d’évoluer en fonction des progrès réalisés par leur mouvement et aux positions et propositions des tenants du pouvoir.

Après être sortis pour empêcher, avec succès, le cinquième mandat de Bouteflika, après avoir réclamé pendant plusieurs semaines le départ des figures du système, les manifestants pacifiques se focalisent depuis au moins quatre semaines sur le rejet de l’élection présidentielle qui doit se tenir le 4 juillet, sous la présidence de Bensalah et le gouvernement Bedoui, tous deux largement rejetés et dénoncés par les Algériens. « Truqué d’avance », ont affirmé nombre de manifestants à propos de ce scrutin, lors des précédentes marches pendant lesquelles les slogans, pancartes et banderoles dénonçant l’insistance du pouvoir à organiser, coûte que coûte, ces élections, ont été les plus nombreux. « Makech intikhabate maâ l’îssabate ! » (pas d’élections avec les bandes), ont longuement scandé les très nombreux manifestants à Alger et dans d’autres villes. Ce vendredi, les manifestants ont réagi également au dernier discours du chef d’état-major Ahmed Gaid Salah qui avait mis en garde contre le « dégagisme » sans concession qui imprègne le mouvement et qui est la revendication principale des Algériens. Un « non » franc et massif a été clairement exprimé de la part des manifestants qui ont été clairs jusque-là : « Pas d’élections sous Bedoui et Bensalah », «Ici c’est l’Algérie, et n’y aura pas de Sissi» ou «l’Algérie est une république civile et non militaire» comme on pouvait le lire sur des pancartes et banderoles brandies par des manifestants. . Les manifestants scandaient haut et fort comme un seul homme en marchant «l’Armée et le peuple sont des frères, mais El Gaid nous a trahi, il est avec le gang». Sur une grande banderole brandie par les manifestants, il était écrit «l’armée est la propriété du peuple et non pas l’inverse, et l’armée doit se soumettre à la volonté du peuple et non pas le contraire».
Certains protestataires ont tenu à rappeler que le peuple veut le départ de Bensalah, de Bedoui et son gouvernement, le départ de Mouad Bouchareb et l’application des articles 07 et 08. Avec une précision «le peuple ne veut pas de régime militaire tout en étant frère et fier de notre armée nationale».

Les services de sécurité semblaient hier plus que jamais déterminés à empêcher ce mouvement populaire, à travers le blocage des axes routiers menant à la capitale, les interpellations des.

les commentaire

Laisser un commentaire