Derniées informations
prev next

ALGÉRIE/ POLITIQUE : Mostefa Bouchachi : “Les porteurs de drapeaux amazigh sont des détenus politique et la justice n’est pas encore indépendante

Par A.B.-- 27-Juin-2019 458

ALGÉRIE/ POLITIQUE : Mostefa Bouchachi : “Les porteurs de drapeaux amazigh sont des détenus politique et la justice n’est pas encore indépendante

 

L‘une des figures du mouvement populaire du 22 février, l’avocat Maître Mostefa Bouchachi ne cache pas son pessimisme quant à la volonté du pouvoir de se régénérer coûte que coûte en persistant dans son plan contre la révolution populaire en faisant remarquer que celui-ci est en train de se repositionner dans l’échiquier politique du pays à travers les changements au sein des directions des partis de la coalition présidentielle sous la gouvernance de Abdelaziz Bouteflika.

Bouchachi, qui s’exprimait jeudi dans les colonnes du quotidien Elkhabar, confie que ” je crains qu’un plan contre la révolution est en marche dont les partis proches du pouvoir reprennent leur souffle et tentent de repositionner après avoir changé de têtes sachant que toute transition démocratique demeure  impossible avec les symboles du régime corrompu” avant d’avertir que “la persistance dans l’état actuel des choses prouve l’absence de volonté de changer le système et d’aller vers “un véritable processus démocratique”.

Dans le même sillage, Bouchachi exprime sa ferme opposition d’aller vers l’option de départ de Bedoui et de son gouvernement et le maintien de Abdelkader Bensalah à son poste de chef de l’Etat. Il insiste que le mouvement populaire ainsi que l’ensemble de la classe politique réclament le départ de ces deux responsables. Le chef de l’Etat peut s’immiscer de par ses prérogatives législatives dans la refonte du régime électoral et l’instance indépendante d’organisation des élections en plus de la fin de son mandat le 9 juillet, a tenu à argumenter l’exigence du départ de Bensalah et son remplacement par une personnalité consensuelle pour diriger l’Etat sinon l’attachement à la constitution n’aura aucun sens passé le 9 juillet.

Abordant les récentes arrestations parmi les manifestants ayant brandi des drapeaux amazigh, l’avocat et défenseur des droits de l’homme souligne qu’il s’agit de “détenus politiques” et que détention est une preuve supplémentaire que la justice n’est pas indépendante pour avoir mis à exécution les instructions de chef de l’Etat major de l’armée nationale populaire Ahmed Gaïd Salah contenues dans son discours du 20 juin dernier sans aucune base juridique. Mostefa Bouchachi dénonce la politique de deux poids et deux mesures dans le traitement de cette affaire en faisant remarquer qu’à Oran les porteurs de drapeaux amazigh ont été relâchés contrairement à ceux arrêtés à Alger qui ont été placés en détention provisoire. La justice ne s’est pas autosaisie dans ce dossier puisque ce cas ne figure dans aucune loi du code pénal et cela montre que la justice a agi sur instruction prouvant ainsi qu’elle n’est pas indépendante.

Parlant de son entrevue avec ces mêmes détenus, Bouchachi confie qu’ils ont un bon moral et sont convaincus qu’ils n’ont pas commis de délit passible de leur emprisonnement.

           

les commentaire

Laisser un commentaire