Derniées informations
prev next

ALGÉRIE/ POLITIQUE : Le RAJ dénonce les arrestations « arbitraires » et interpelle le pouvoir en place « sur les graves dérives autoritaires »

Par Y.B.-- 30-Juin-2019 2

ALGÉRIE/ POLITIQUE : Le RAJ dénonce les arrestations « arbitraires » et interpelle le pouvoir en place « sur les graves dérives autoritaires »

 

Suites aux interpellations lors des deux dernières manifestations et l’arrestation « arbitraire » du Moudjahid Lakhdar Bouregaa,  le RAJ a dénoncé « avec force » ces interpellations.

le RAJ interpelle le pouvoir en place « sur les graves dérives autoritaires et sa volonté de musellement des libertés et d’étouffement de la revendication populaire. Ses mesures dilatoires ne visent qu’à diviser le mouvement et l’affaiblir » lit-on sur le communiqué diffusé sur leur page Facebook.

Dans le communiqué le RAJ appelle à la « cessation de toutes les poursuites judiciaires à l’encontre des manifestants.es et de tout les prisonniers d’opinions et exige leur libération immédiate et sans condition. »

Communiqué; RAJ exige la libération des citoyen.es arrêtés.
Le 19ème vendredi de mobilisation citoyenne était à la hauteur de l’engagement populaire des Algériennes et des Algériens pour la construction d’un Ètat de droit et des libertés.

Une mobilisation pacifique, salutaire et indéfectible contre le chaos et la volonté d’étouffement de la dynamique citoyenne, exercée par un régime agonisant, usant des intimidations et des interpellations arbitraires de manifestant.es pacifique.
Des dizaines d’interpellations ont eu lieu lors des marches du 28 juin 2019, s’ajoutant à ceux et celles portant ou en possession de drapeaux amazigh.

Une violence et des comportements hallucinants de la part des services de sécurité avec des fouilles systématiques et l’usage de la provocation.

Par cette mesure, le pouvoir mis en danger l’unité et la cohésion de la société.

Le 30 juin 2019, les 16 manifestants mis sous mandat de dépôt comparaîtront devant le juge d’instruction au tribunal Abane Ramdane à Alger en compagnie d’autres manifestants.es arrêtés le 28 juin arbitrairement dont Samira Messouci, élue du RCD à l’APW de Tizi-Ouzou. Ajoutant à cela l’arrestation arbitraire du Moudjahid Lakhdar Bouregaa.

Le RAJ interpelle le pouvoir en place sur les graves dérives autoritaires et sa volonté de musellement des libertés et d’étouffement de la revendication populaire. Ses mesures dilatoires ne visent qu’à diviser le mouvement et l’affaiblir.

Dénonce avec force ses arrestations et appelle à la cessation de toutes les poursuites judiciaires à l’encontre des manifestants.es et de tout les prisonniers d’opinions et exige leur libération immédiate et sans condition.

Appelle les Algériens.ès à une mobilisation populaire historique pour le 20ème vendredi qui coïncide avec le 5 juillet, fête de l’indépendance nationale et de la jeunesse, pour dire à ce régime Basta, exiger le changement du système et la construction de la nouvelle république, celle des droits et des libertés et de la justice sociale.

Alger le 30/06/2019
P/RAJ
Président
Abdelouhab Fersaoui

les commentaire

Laisser un commentaire