Derniées informations
prev next

ALGÉRIE/ POLITIQUE : Ce qu’il faut retenir du 20e Vendredi

Par Y.B.-- 06-Juil-2019 65

ALGÉRIE/ POLITIQUE : Ce qu’il faut retenir du 20e Vendredi.

 

Marée humaine et mobilisation intacte

-Des manifestations pacifiques monstres se sont déroulées ce vendredi 5 juillet dans plusieurs villes du pays.

– Plus que d’habitude, les Algériens se sont fortement mobilisés pour signifier leur détermination à fonder une nouvelle Algérie libre et démocratique, où les droits et les libertés de tout un chacun seront respectés.

– Malgré la chaleur, les vacances, les blocages et les menaces, les manifestants ont été très nombreux à marcher à Alger, Oran, Constantine, Tizi Ouzou, Bejaia, Annaba, Mostaganem, Jijel, Djelfa, El Tarf, Bejaia, Ain Temouchent, Mascara,  Skikda, Constantine, Tiaret, Sidi Bel Abbès, Chlef, M’Sila,  etc.

-Les Algériens sont sortis en masse à l’occasion du 20e vendredi du mouvement populaire, qui a coïncidé cette fois, avec la fête de l’Indépendance nationale.

– les manifestants ont réitéré leur principale revendication portant sur le départ des symboles du régime de Bouteflika, à la leur tête, Bensalah et Bedoui. « Irhalou, dégagez », ont scandé les manifestants, un peu partout dans le pays. « Pas de dialogue avec la issaba (bande) ».

– Ils ont également scandé des slogans hostiles au régime et ses symboles, tout en réaffirmant leur attachement à l’unité nationale. « Les Algériens khawa khawa », a été l’un des slogans dominants lors de 20e acte du mouvement populaire.

– Les manifestants ont scandé des slogans rejetant l’offre du dialogue du chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, réclamant haut et fort un «Etat civil et non militaire» et demandant la «libération des détenus d’opinion» notamment le moudjahid Lakhdar Bouregaâ.

«Djazair horra dimocratia» (Algérie libre et indépendante), «Pas de dialogue avec le gang», «Irhalou» (dégagez) sont autant de slogans entonnés en ce 20e vendredi par des manifestants plus que jamais déterminés.

-L’objectif était de réaffirmer leur détermination à poursuivre leur mouvement populaire jusqu’au départ du système, et de se réapproprier la fête de l’Indépendance et de rendre hommage aux martyrs qui ont libéré le pays de la colonisation. Mission accomplie.

Répression, tâche noire de ce vendredi 5 juillet

Les manifestations de ce vendredi, qui se sont déroulées globalement dans une ambiance bon enfant, ont été ternies par l’image d’un policier antiémeute qui donne des coups de matraque à un manifestant tombé par terre. La scène s’est déroulée à Alger en fin d’après-midi. Les images de l’intervention brutale de la police ont été partagées sur les réseaux sociaux, et ont choqué les Algériens. Dans la matinée, les policiers fortement déployés, ont procédé aux interpellations de manifestants isolés. Ils ont également empêché les manifestants de manifester sur la place Audin pour des raisons inconnues.

les commentaire

Laisser un commentaire