Derniées informations
prev next

ALGÉRIE/ POLITIQUE : Pour le « Collectif des Avocats pour le Changement et la Dignité’’, Me Ben Brahem est une «chargée de mission».

Par Y.B.-- 04-Août-2019 0

 

ALGÉRIE/ POLITIQUE : Pour le « Collectif des Avocats pour le Changement et la Dignité’’, Me Ben Brahem est une «chargée de mission».

Les surprenants propos tenus aujourd’hui dimanche par l’avocate Me Ben Brahem, Fatma Zohra  qui vient de rejoindre le panel du dialogue contre les jeunes manifestants détenus pour avoir brandi l’emblème amazigh, ont soulevé l’ire de leurs avocats.

En effet, le Collectif des Avocats pour le Changement et la Dignité , en charge des dossiers des détenus d’opinions, s’est dit «indigné» devant les propos «irresponsables et irréfléchis» tenus par Me Ben Brahem Fatma Zohra.

Dans une déclaration rendue publique aujourd’hui, ils mettent en défi l’avocat de se constituer pour ces «prétendues victimes  de vol ou d’agression» pour lesquels, ces manifestants auraient, d’après elle, été arrêtés.

«Cette dernière (Mme Ben Brahem NDLRS) par ignorance ou en chargée de mission, prétend que les détenus arrêtés entre le 21, 28 et 30 juin pour port du drapeau amazigh et pour des opinions politiques, sont arrêtés pour vol ,agression et harcèlements», écrit le collectif des avocats dans sa déclaration.

Et d’ajouter, accusateur : «le système n’est maintenu que grâce à ce genre de serviteurs».

Les Avocats pour le Changement et la Dignité » dénient le droit à Mme Ben Brahem de parler des dossiers des détenus dont elle ne pouvait accéder aux contenus du fait qu’elle ne soit pas constituée.

«Nous infirmons et ce, en connaissance de cause, que  toutes les informations données par cette avocate qui n’étant pas constituée, ne peut parler du contenu des dossiers», lit-on en effet.

Le collectif d’avocats  se dit «solidaire» avec les familles des détenus d’opinion pour les «dommages moraux dont ils font objet», et réitère son engagement à défendre les «détenus d’opinion jusqu’à leurs libération et à leurs relaxe».

Cette montée au créneau des avocats pour le changement et la dignité intervient suite aux déclarations faites aujourd’hui par Me Ben Brahem au journal Echourouk selon lesquels les manifestants arrêtés pour avoir brandi les drapeaux Amazigh seraient coupable d’après elle,  de «vols, d’agressions et de harcèlements».

les commentaire

Laisser un commentaire