Derniées informations
prev next

ALGÉRIE/ POLITIQUE:  Hassan Rabhi : Le gouvernement ne partira pas !

Par Y.B.-- 17-Sep-2019 17

ALGÉRIE/ POLITIQUE:  Hassan Rabhi : Le gouvernement ne partira pas !

La revendication phare du Hirak, d’une partie de la classe politique notamment l’opposition, du panel de Karim Younes mais aussi de certains candidats potentiels à la présidentielle à l’instar d’Ali Benflis, à savoir le départ du gouvernement, vient d’être exclu.

Le ministre de la communication et porte-parole du gouvernement, Hassan Rabhi a déclaré aujourd’hui mardi que cette exigence remettait en cause ses «réalisations cruciales».

«La revendication du départ du gouvernement constitue une ingratitude par rapport aux réalisations cruciales qu’il a pu accomplir», a répliqué le ministre lors d’une conférence de presse à la question d’un journaliste.

Le porte-parole du cabinet de Noureddine Bedoui donnait la nette impression que le pouvoir ne sacrifiera pas l’actuel exécutif pourtant fortement décrié y compris par ceux qui s’inscrivent dans son agenda politique.

«Nous sommes un gouvernement de décision pas celui de gestion des affaires courantes ! » ajoute encore Hassan Rabhi comme pour signifier aux partisans du départ du gouvernement qu’ils se font des illusions.

Le ministre en veut pour preuve que d’après lui, le gouvernement Bedoui a accompli des réalisations «qu’aucun autre n’a fait avant lui depuis des années».

Voilà qui a le mérite de la clarté s’agissant des intentions du pouvoir à l’égard du gouvernement dont le départ fait largement consensus pour crédibiliser la prochaine élection présidentielle prévue les 12 décembres.

Le fait est que même le président de l’Etat, Abdelkader Bensalah a exprimé sa compréhension à cette revendication qui lui a été transmise par le panel de Karim Younes lors de la remise du rapport final.

Il faut souligner néanmoins que le chef d’état-major de l’armée, Ahmed Gaid Salah avait plusieurs reprises rejeté catégoriquement cette perspective en martelant à chaque occasion que les «institutions vont rester en place».

Mieux encore, le chef de l’état-major de l’armée avait même rendu hommage à Bedoui et son équipe qu’il avait qualifié de «patriotes» ayant assuré la «continuité de l’Etat» et qui ont d’après lui accomplissent  leur mission avec «sérieux et abnégation en un laps de temps très court».

C’est dire que ces déclarations du porte-parole du gouvernement ne font que confirmer la détermination des nouveaux décideurs à maintenir Bedoui et ses ministres contre vents et marées, alors que les manifestants crient à qui veuille bien les entendre leurs slogans fétiche : «Makach intikhabat maa al Issabat» (Pas d’élection avec les bandes).

les commentaire

Laisser un commentaire