Derniées informations
prev next

ALGÉRIE/POLITIQUE:  Présidentielle : le PLJ se prononcera le 25 septembre

Par -- 22-Sep-2019 1

ALGÉRIE/POLITIQUE:  Présidentielle : le PLJ se prononcera le 25 septembre

Le Parti de la liberté et de la justice (PLJ) rendra publique, mercredi 25 décembre, sa décision de participer ou non à la présidentielle du 12 décembre.

L’annonce de la position du parti de l’ex-ministre Mohamed Said aura lieu lors d’une conférence de presse, précise le parti islamiste dans un communiqué, publié ce dimanche.

Il y a une semaine, le Conseil national du PLJ avait condamné les arrestations opérées parmi les opposants politiques et les militants du Hirak.

« Le Conseil national exprime son refus des restrictions sur l’activité des partis politiques et des associations de la société civile, ainsi que les arrestations de militants politiques. Il les considère comme une escalade dangereuse qui n’aide pas à asseoir un climat de confiance et d’apaisement nécessaires pour l’organisation d’élections présidentielles libres, honnêtes et transparentes », a écrit le PLJ dans un communiqué.

Outre le PLJ, Ali Benflis annoncera également sa décision concernant le scrutin présidentiel, jeudi 26 septembre, alors que le MSP trancher la question samedi 28 septembre.

De son coté, le RND a renvoyé la question de sa participation ou non au scrutin au 4 octobre prochain, alors que le FLN dont le SG Mohamed Djemiai a été incarcéré, n’a fixé aucune date pour le moment, pour prendre position.

Au total, 22 postulants à la candidature ont retiré les formulaires de souscription de signatures pour la prochaine présidentielle, dont Ali Benflis, qui semble partant pour participer au scrutin du 12 décembre.

Lundi, le président de Talaie El Houriyet, a déclaré qu’ « avec la convocation du corps électoral, c’est le processus d’un scrutin présidentiel déterminant pour l’avenir du pays qui s’enclenche. » « Après que ses deux devancières se soient révélées infructueuses, cette troisième tentative n’a le droit ni à l’erreur, ni à l’échec », a affirmé Ali Benflis.

Il a estimé qu’ « aujourd’hui, les conditions institutionnelles, légales et procédurales de l’élection présidentielle sont en place », tout en réclament des « mesures d’apaisement et de confiance » pour crédibiliser le scrutin, sans donner de détails sur la nature de ces mesures.

les commentaire

Laisser un commentaire