Derniées informations
prev next

Vidéo / Bordj Bou Arreridj : Report du procès de Brahim Laalami.

Par Y. Benrabia-- 02-Fév-2021 0

Le tribunal correctionnel de Bordj Bou-Arréridj a reporté, lundi 1er février, le procès de l’activiste Brahim Laâlami au 8 février prochain, selon le collectif des avocats de la défense.

Dès l’ouverture du procès, en visioconférence, Brahim Laalami a dénoncé ce genre de procès et a clairement fait savoir à ses avocats qu’il refuse d’être jugé par ce tribunal. « Faites ce que vous voulez.  Je ne reconnais pas votre justice. Si vous choyer que vous êtes le juge ici, il y a un juge au dessus de vous », dira Brahim Laalami au juge, rapporte fièrement un de ses avocats, Me Abdelhafid Benbeki.

« Ce dossier est vide juridiquement mais plein d’abus et tout est bafoué. Aucun respect aux libertés ni à la loi. Une procédure juste pour arrêter un activiste et le condamner. C’est une dangereuse dérive qui touche les libertés. Ces libertés sont le principe fondamental d’un Etat de droit et de liberté », dira l’avocat qui rappelle que  Brahim Laalami est poursuivi, comme presque tous les activistes du Hirak, sur des délits d’opinion : ‘’discrimination et discours de haine’’, “outrage à corps constitués”, “utilisation de la force contre un agent de la force publique”…

« La pandémie de Covid-19 n’a pas empêché les autorités algériennes de poursuivre et de condamner militants du “Hirak”, opposants politiques, journalistes et internautes. Tout rassemblement public est strictement interdit depuis mi-mars en raison de l’épidémie », dira le défenseur des droits de l’Homme.

« Ce que nous demandons et ce que tout le peuple algérien ne cesse d’exiger, c’est la libération immédiate de tous les détenus d’opinion, l’arrêt de toutes les poursuites judiciaires et l’annulation des jugements à l’encontre des activistes. D’ailleurs une précision, jamais au temps de Bouteflika, nous n’avons connu autant de convocations ou de procès pour atteinte à la personne du président de la République… », ajoute Me Zine Boukhari. « Les avocats du collectif de défense des détenus d’opinion sont mobilisés pour arracher la liberté de ces activistes détenus injustement incarcérés. On se battra aux côtés de toutes les personnes  poursuivies pour des délits d’opinion et politiques.

Pour rappel,  Brahim Laâlami a été arrêté, le 8 septembre 2020 , en compagnie de ses trois frères et d’un ami, devant le domicile familial à Bordj Bou-Arréridj. Ils s’apprêtaient à se rendre à l’enterrement de l’avocat Tarek Zedam, fauché la veille par une voiture, et après une manifestation organisée la veille dans le village d’Ouled Khelifa dans commune de Djaâfra, au nord de Bordj Bou-Arréridj où Brahim Laâlami était présent pour dénoncer le placement sous mandat de dépôt de 4 hirakistes de la région.

 

les commentaire

Laisser un commentaire