Derniées informations
prev next

HIRAK: 107e vendredi

Par Y. Benrabia-- 05-Mar-2021 0

Le Hirak entame son deuxième vendredi de suite après la reprise des manifestations de rue. Pour ce 107e vendredi, la détermination reste intacte, et ce, malgré un dispositif sécuritaire déployé chaque vendredi pour dissuader les citoyens de descendre dans les rues d’Alger et dans les autres villes du pays

Ce vendredi 5 mars 2021, le peuple algérien a repris définitivement la lutte pacifique en relançant le Hirak dans toutes les grandes villes et régions importantes du pays. Alger, Oran, Constantine, Mostaganem, Annaba, Tlemcen, Sétif, Bouira, Béjaia, Tizi-Ouzou et plusieurs autres villes du pays abritent en ce moment des marches imposantes qui sillonnent toutes les rues depuis 14 H.

« Tebboune est illégitime », « Nous voulons un Etat Civil », « Etat civil et non militaire », « Que le régime actuel tombe », « Etat des Issabates », etc., les slogans les plus hostiles ont été entonnées par des foules nombreuses, encore plus compactes et nombreuses que celles qui ont manifesté le vendredi passé 26 février.  Il faut noter que le Hirak de ce vendredi 5 mars 2021 est beaucoup plus intense, puissant et mobilisateur que celui du vendredi précédent.

C’est dire que la contestation populaire est en train de monter en puissance depuis le retour des manifestants à l’occasion du deuxième anniversaire du Hirak le 22 février passé. A Alger, les quartiers populaires se « sont embrasés » et des centaines de milliers de manifestants ont occupé la moindre parcelle des principales artères de la capitale. Les forces de sécurité déployées massivement depuis les premières heures de cette matinée du vendredi sont rapidement devenues une minorité ridicule face à l’ampleur impressionnante des foules ayant pris d’assaut les rues. Ce vendredi 5 mars, c’est un véritable raz-de-marée populaire qui s’est « abattu » sur toutes les villes importantes et les plus peuplées du pays. D’ici la fin des manifestations, il y aura certainement des millions de manifestants mobilisées pacifiquement dans les rues.

Ce rejet massif de l’actuel régime au pouvoir en Algérie aggrave la crise politique qui paralyse le pays depuis 2019. Les promesses insuffisantes de Tebboune et son incapacité avérée à tenir le pays sont clairement démontrées ce vendredi 5 mars 2021. L’Algérie va vivre ainsi une autre année d’instabilité à cause de l’entêtement du pouvoir à maintenir aux commandes du pays un Président de plus en plus isolé.

16H00
Alger, la rue Didouche Mourad noir de monde, la manifestation se poursuit. La foule scande “moukhabart irhabia, tasqot edawla el 3askaria” (Les services de renseignement terroristes, l’Etat militaire tombera).
15H40
Alger, Une foule compacte venue de Bab El Oued arrive à la rue Asla Hocine.
15H30
Annaba, la révolution ne faiblit pas. Une foule importante a été au rendez vous pour ce 107e vendredi du Hirak dans la capitale de l’Est algérien. En raison de la perturbation de la connexion internet, les vidéos de la marche n’ont pas être diffusée sur les réseaux sociaux à temps.
15H00
Alger, les manifestants scandent “Dawla Irhabia nahiwna El Djinssia” (Etat terroriste, retirez nous la nationalité) en réaction l’avant projet de loi portant déchéance de nationalité visant les ressortissants algériens à l’étranger.
14H50
Oran, la mobilisation a été rendez vous malgré un dispositif sécuritaire déployé dans les principales artères de la ville pour dissuader les citoyens de sortir dans la rue.
14H45
Alger, la manifestation se poursuit avec la ferveur à la Rue Asla Hocine.
14H00
La connexion internet 4G est complètement coupée pour les trois opérateurs à Alger et dans les autres villes du pays. La coupure a pour objectif d’empêcher les manifestants et journalistes de d’envoyer des vidéos des marches sur les réseaux sociaux.
13H55
Bouira, Bordj Bou Arreridj, Sétif, Constantine, la mobilisation est rendez vous pour ce 107e vendredi de hirak. Des centaines voir des milliers de citoyens ont battu le pavé pour exprimer leur mécontentement et revendiquer plus de liberté et de démocratie. Des slogans hostiles au pouvoir ont été entonné, entre autres les généraux à la poubelle et l’Algérie accédera à son indépendance.
13H50
Les manifestants envahissent les rues de Bab El Oued entonnant des slogans à la mémoire du héro de la révolution, le colonel Amirouche.
13H40
Alger, début de la marche hebdomadaire, des citoyens et citoyennes ont afflué en grand nombre dans les différentes artères de la capitale. Les manifestants scandent les slogans habituels hostiles au pouvoir
13H10
Alger, le Président d’APC d’obédience RCD de la commune d’Abi Youcef, dans la wilaya de Tizi Ouzou, Oudjoudi Hamid a arrêté ce matin par la police à Meissonier (Alger centre). Selon Mourad Biateur, cadre du même parti, le maire était en compagnie de son frère. Ce dernier a été remis en liberté, alors que lui, il a été conduit vers une destination inconnue.
13H00
Tizi Ouzou, les manifestants se sont rassemblés au lieu de départ habituel des marches en attendant de donner le coup de départ à la manifestation. Des citoyens munis des emblèmes national et Amazigh et scandent des slogans anti-pouvoir.
12H50
Bejaia, pour le 107e vendredi, les manifestants se sont rassemblés munis de drapeaux et pancartes et se préparent à la marche. Les manifestants scandent “y’en a marre des Généraux” .

les commentaire

Laisser un commentaire