Derniées informations
prev next

Guerre en Ukraine: La Russie renforce ses troupes à la frontière avec l’Ukraine

Par Y.B.-- 20-Avr-2022 1

Marioupol, dans le sud-est de l’Ukraine, n’est pas le seul front que les Russes pilonnent. Moscou a également lancé cette semaine une nouvelle offensive militaire dans l’est du pays, rassemblant des troupes le long du Donbass.

Selon Londres, « la présence militaire russe à la frontière orientale de l’Ukraine continue de se renforcer, tandis que les combats dans le Donbass s’intensifient, les forces russes cherchant à percer les défenses ukrainiennes ».

Le front ouvert dans le nord-est de l’Ukraine en début d’invasion, pour atteindre Kiev, n’est cependant pas en reste. Si « l’activité aérienne russe dans le nord de l’Ukraine devrait rester faible, (…) il existe toujours un risque de frappes de précision contre des cibles prioritaires dans toute l’Ukraine », poursuit le ministère de la défense britannique.

Le président du Conseil européen, Charles Michel, est arrivé à Kiev

« Au cœur d’une Europe libre et démocratique » : c’est le message publié par le président du Conseil européen, Charles Michel,  pour annoncer son arrivée à Kiev ce matin.

Plusieurs dirigeants européens se sont déjà rendus dans la capitale de l’Ukraine depuis le début du conflit, notamment le premier ministre britannique, Boris Johnson, le chancelier autrichien, Karl Nehammer, le premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, ainsi que la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Les chefs de gouvernement de la République tchèque, de la Slovénie et de la Slovaquie ont aussi fait le déplacement.

Le premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, a également annoncé hier qu’il se rendrait « dans les prochains jours » à Kiev, afin de manifester « l’engagement [de l’Espagne] au côté du peuple et du gouvernement ukrainiens ».

De nombreux civils sont encore bloqués dans l’usine Azovstal assiégée, selon le maire adjoint de Marioupol

Le vaste complexe sidérurgique d’Azovstal à Marioupol est toujours assiégé par les forces russes. L’usine est l’un des derniers bastions de la résistance militaire dans cette ville du sud-est de l’Ukraine, mais c’est également devenu le refuge de nombreux civils.

Le ministère de la défense russe a appelé toute l’armée ukrainienne à « déposer les armes » et les derniers défenseurs de Marioupol à cesser leur « résistance insensée ». Mercredi matin, Serguiy Volyna, un commandant de la 36e brigade de la marine nationale, retranché dans le complexe sidérurgique d’Azovstal, a lancé un appel au secours : « Nous vivons peut-être nos derniers jours, voire nos dernières heures. »

Volodymyr Zelensky accuse les Russes d’empêcher l’évacuation de Marioupol

De son côté, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a renouvelé, mardi soir, son appel à une évacuation des civils encore présents à Marioupol.

« La situation à Marioupol reste la même, aussi critique qu’elle peut l’être. L’armée russe bloque tous les efforts visant à organiser des corridors humanitaires et sauver notre peuple », a déclaré M. Zelensky dans une vidéo.

Plus de cinq millions de personnes ont fui l’Ukraine

Plus de cinq millions de personnes ont fui l’Ukraine depuis le début de l’invasion russe, le 24 février, selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Plus de la moitié d’entre eux, soit plus de 2,8 millions, ont fui au moins dans un premier temps vers la Pologne. Bien que beaucoup y soient restés, un nombre inconnu a poursuivi sa route vers d’autres pays européens.

Le HCR a fait savoir que, outre les départ du pays, plus de sept millions de personnes avaient été déplacées à l’intérieur de l’Ukraine, soit une proportion importante : avant la guerre, l’Ukraine comptait 44 millions d’habitants.

De nouvelles candidatures à l’OTAN ?

Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février, les pays européens qui ne faisaient pas partie de l’OTAN semblent de plus en plus prêts à franchir le pas.

Le Parlement de Finlande commence ainsi aujourd’hui à débattre d’une adhésion à l’Alliance atlantique pour mieux se protéger contre une éventuelle agression de son voisin russe. Avec une candidature désormais « très probable » dans les semaines qui viennent, malgré les messages de dissuasion envoyés par Moscou.
Le débat est suivi de près par la Suède voisine, qui envisage elle aussi de rejoindre l’OTAN.

La Norvège donne des missiles antiaériens à l’Ukraine

La Norvège a envoyé une centaine de missiles antiaériens de conception française à l’Ukraine en guerre contre la Russie, a annoncé ce matin le gouvernement norvégien.
Le don, déjà réalisé, porte sur des lanceurs Mistral avec une centaine de missiles qui étaient jusqu’à présent embarqués sur des navires de la marine norvégienne, a ajouté le ministère de la défense dans un communiqué.

Le président du Conseil européen, Charles Michel, est arrivé à Kiev

« Au cœur d’une Europe libre et démocratique » : c’est le message publié par le président du Conseil européen, Charles Michej, pour annoncer son arrivée à Kiev ce matin.

Plusieurs dirigeants européens se sont déjà rendus dans la capitale de l’Ukraine depuis le début du conflit, notamment le premier ministre britannique, Boris Johnson, le chancelier autrichien, Karl Nehammer, le premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, ainsi que la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Les chefs de gouvernement de la République tchèque, de la Slovénie et de la Slovaquie ont aussi fait le déplacement.

Le premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, a également annoncé hier qu’il se rendrait « dans les prochains jours » à Kiev, afin de manifester « l’engagement [de l’Espagne] au côté du peuple et du gouvernement ukrainiens ».

les commentaire

Laisser un commentaire