Derniées informations
prev next

Guerre en Ukraine: La loi martiale et la mobilisation générale prolongées jusqu’au 23 août

Par Y.B.-- 22-Mai-2022 0

Lors de deux votes, le Parlement ukrainien, la Rada, a approuvé dimanche par la majorité absolue les décrets présidentiels sur la loi martiale et la mobilisation générale, qui ont été prolongées dimanche de trois mois, jusqu’au 23 août. Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, avait signé le 24 février ces deux décrets. Ils ont déjà été prolongés à deux reprises pour une durée d’un mois.

A Kharkiv

Selon la présidence ukrainienne, des bombardements russes ont visé les villes de Mykolaïv, Kharkiv et Zaporijia dans la nuit de samedi à dimanche.

L’aviation russe a touché trois postes de commandement et des dépôts de munitions des forces armées ukrainiennes, selon le ministère russe de la défense

Des frappes aériennes russes ont frappé les forces ukrainiennes dans les régions de Mykolaïv et du Donbass, ciblant des centres de commandement, des troupes et des dépôts de munitions, a annoncé dimanche le ministère russe de la défense. Le général de division Igor Konashenkov, porte-parole du ministère de la défense, a déclaré, selon l’agence de presse russe Tass, que des missiles lancés par voie aérienne avaient touché trois points de commandement et quatre dépôts de munitions dans le Donbass.

La ville de Sievierodonetsk, nouvel objectif de l’offensive russe

La ville de Sievierodonetsk, dans la région de Louhansk, dans l’est de l’Ukraine, est l’une des « priorités tactiques immédiates », écrit le ministère de la défense britannique dans son rapport publié dimanche. L’Institut pour l’étude de la guerre (Institute for the Study of War, ISW), une organisation non gouvernementale américaine, décrit pour sa part que « les forces russes ont intensifié leurs offensives pour encercler et capturer Sievierodonetsk. Elles continueront probablement à le faire dans les jours à venir, car les offensives sur d’autres axes, comme celui d’Izioum sont au point mort ».

De son côté, Serhi Haïdaï, le gouverneur ukrainien de Louhansk, a déclaré que les troupes russes avaient détruit un pont entre Sievierodonetsk et Lyssytchansk. Des combats se sont déroulés continuellement à la périphérie de Sievierodonetsk, a-t-il ajouté.

Les services britanniques évoquent aussi l’apparition de nouveaux véhicules de soutien, les BMPT Terminator ». La Russie a développé ce blindé pour fournir une protection aux chars de combat qui évoluent sans le soutien de l’infanterie.

 Le pont reliant Lyssytchansk et Sievierodonetsk attaqué

Le pont qui relie Lyssytchansk et Sievierodonetsk avait été détruit en lors de l’invasion russe dans le Donbass en 2014. Symbole de la reconstruction ukrainienne, il a de nouveau été frappé par les forces russes ce dimanche. Il a été visé par un mortier russe qui a ensuite été neutralisé par l’armée de Kiev.

Après Boutcha, tout « business as usual » avec Moscou est impossible, a déclaré le président polonais

Le président polonais, Andrzej Duda, a estimé, dimanche lors d’un discours devant le Parlement ukrainien à Kiev, que tout « business as usual » avec la Russie était désormais impossible après la découverte de massacres de civils en Ukraine, imputés aux troupes russes. En présence également de son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky, le président polonais a ajouté :

Un monde honnête ne peut pas revenir à l’ordre du jour en oubliant les crimes, l’agression, les droits fondamentaux piétinés.

« Sans une Ukraine libre, il ne peut y avoir de Pologne libre », a déclaré Volodymyr Zelensky

Premier dirigeant étranger à se rendre devant le Parlement ukrainien depuis le début de l’offensive militaire russe le 24 février, le président polonais, Andrzej Duda, a déclaré aux élus présents à Kiev que céder ne serait-ce qu’« un pouce » de territoire ukrainien à la Russie affaiblirait l’Occident. « Des voix inquiètes ont commencé à se faire entendre, disant que l’Ukraine devrait céder aux exigences de Poutine », a dit Andrzej Duda en référence au président russe, Vladimir Poutine, qui dit mener en Ukraine une « opération militaire spéciale » destinée à « dénazifier » le pays et à assurer la sécurité de la Russie. « Seule l’Ukraine a le droit de décider de son avenir », a ajouté le président polonais. Conseiller du président ukrainien Volodimir Zelensky, Mykhaïlo Podoliak a déclaré à Reuters que l’Ukraine excluait tout cessez-le-feu ou tout accord avec Moscou impliquant un abandon de territoire.

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a réagi sur Telegram

Je crois que bientôt les Ukrainiens et les Polonais se réuniront autour d’une grande table pour partager (…) le goût de la victoire. Et porter un toast à votre liberté et à la nôtre. Sans une Ukraine libre, il ne peut y avoir de Pologne libre. Les historiens se disputent sur qui était l’auteur de cette phrase. Nous avons résolu ce différend. C’est la volonté des peuples ukrainien et Polonais.

Les autorités, réfugiées à travers le pays, pensent déjà à la reconstruction de Marioupol

Marioupol, deuxième ville du Donbass après Donetsk – sécessionniste et occupée par la Russie depuis 2014 –, est la première des dix villes les plus importantes d’Ukraine, depuis le déclenchement de la guerre, le 24 février, et après l’échec des assauts russes sur Kiev et sur Kharkiv, à être conquise. Elle est aussi la première ville ukrainienne à être presque rayée de la carte. Du côté ukrainien, et en dépit de la défaite militaire, les défenseurs de Marioupol, et à la fin, de l’usine Azovstal, sont entrés dans l’histoire militaire du pays comme des symboles de la résistance ukrainienne la plus valeureuse, la plus acharnée, contre une armée nettement plus puissante.

Zelensky fera un discours devant le Forum économique de Davos

Le dirigeant ukrainien prépare son intervention en visioconférence devant le Forum économique de Davos en Suisse, qui commence ce lundi après deux ans d’interruption à cause du Covid-19.

Volodymyr Zelensky sera le premier chef d’Etat à faire un discours. Nombre de responsables politiques ukrainiens feront le voyage en personne. En revanche, les Russes ont été exclus. Il devrait profiter de cette nouvelle tribune pour exhorter le monde à fournir davantage d’aides, tant financières que militaires. Le président ukrainien pourrait également renouveler la demande de Kiev pour adhérer à l’UE, une « priorité » selon lui.

L’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne prendra « sans doute quinze ou vingt ans », estime Clément Beaune

L’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne (UE) prendra « sans doute quinze ou vingt ans », a estimé dimanche le ministre délégué français aux affaires européennes, qui estime que, en attendant, Kiev peut entrer dans la communauté politique européenne, comme l’a proposé le président Emmanuel Macron. Sur les ondes de Radio J. de  Clément Beaune a affirmé :

Il faut être honnête. (…) Si on dit que l’Ukraine va rentrer dans l’UE dans six mois, un an ou deux ans, on ment. Ce n’est pas vrai. C’est sans doute quinze ou vingt ans, c’est très long. En attendant, on doit aux Ukrainiens (…) un projet politique dans lequel ils peuvent rentrer.

La communauté politique européenne, telle que proposée par le président Macron, est « complémentaire de l’UE » et « peut offrir un projet politique et concret à des pays qui ne sont pas dans le cœur de l’UE et qui veulent se rapprocher de nous », a encore observé le ministre. « Ce n’est pas une porte fermée, mais au contraire une porte ouverte », a-t-il affirmé, citant pêle-mêle des avantages comme la « libre circulation en Europe » et la possibilité de « bénéficier en partie du budget européen pour la reconstruction et demain pour la relance » de l’Ukraine, et peut-être des politiques communes sur l’énergie.

Le président sénégalais va se rendre en Russie et en Ukraine

Le président sénégalais Macky Sall a indiqué ce dimanche qu’il se rendrait prochainement en Russie et en Ukraine au nom de l’Union africaine dont il assume actuellement la présidence. Macky Sall a déclaré lors d’une conférence de presse commune avec le chancelier allemand Olaf Scholz qu’il avait reçu mandat de l’Union africaine pour effectuer ce voyage. La Russie avait adressé une invitation en ce sens, a-t-il dit.

Le déplacement, initialement prévu le 18 mai, n’a pu avoir lieu « pour des raisons de calendrier », et il a proposé de nouvelles dates, a-t-il rapporté. « Dès que c’est fixé, je me rendrai naturellement à Moscou, et aussi à Kiev, et nous avons aussi accepté de réunir l’ensemble des chefs d’Etat, qui le souhaitent, de l’Union africaine, avec le président Zelensky qui avait exprimé le besoin de communiquer avec les chefs d’Etat africains », a-t-il dit.

les commentaire

Laisser un commentaire