Derniées informations
prev next

Guerre en Ukraine: Volodymyr Zelensky réclame, à Davos, des sanctions « maximales » contre la Russie

Par Y.B.-- 23-Mai-2022 0

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a réclamé, lundi lors d’une intervention en visioconférence à la réunion annuelle du Forum économique mondial (WEF) à Davos, davantage d’armes et de sanctions contre Moscou :

« Les sanctions (…) devraient être maximales, pour que la Russie et tout autre agresseur potentiel qui veut conduire une guerre brutale contre son voisin connaisse clairement les conséquences immédiates de ses actions. »

« Il ne devrait y avoir aucun commerce avec la Russie », a-t-il insisté, réclamant, entre autres, « un embargo sur le pétrole russe » et des mesures contre « toutes les banques russes, sans exception », et appelant à « créer un précédent pour le retrait complet de toutes les entreprises étrangères du marché russe ».

Les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont renoncé à importer du pétrole russe. Mais l’Union européenne, dont certains pays sont très dépendants des hydrocarbures russes, a du mal à se mettre d’accord. M. Zelensky a aussi réclamé davantage d’armes pour son pays, regrettant que le soutien de la communauté internationale n’ait pas toujours été assez rapide :

« Si nous avions reçu 100 % de nos besoins en février, le résultat aurait été des dizaines de milliers de vies sauvées. C’est pourquoi l’Ukraine a besoin de toutes les armes que nous demandons, pas seulement celles qui ont été fournies. C’est pourquoi l’Ukraine a besoin de financement. »

La Russie est en train d’examiner le plan de paix proposé par l’Italie

La Russie a reçu le plan de paix proposé par l’Italie et est en train de l’étudier, a déclaré lundi le vice-ministre des affaires étrangères russe, Andreï Roudenko, cité par les agences russes. « Quand nous aurons fini de l’étudier, nous dirons ce que nous en pensons », a-t-il ajouté.

De son côté, le ministre des affaires étrangères italien, Luigi Di Maio, a annoncé vendredi que son pays avait proposé à l’ONU la constitution d’un « groupe international de facilitation » pour tenter de parvenir « pas à pas » à un cessez-le-feu en Ukraine. Pour Luigi Di Maio, ce groupe, proposé par l’ONU, « doit essayer de reconstruire le dialogue entre deux parties qui en ce moment sont en guerre ».

Les détails de ce plan n’ont pas été publiés, mais, selon le quotidien italien La Repubblica, le document très détaillé remis à l’ONU, élaboré par les diplomates du ministère des affaires étrangères italien, prévoit quatre étapes :

  1. Un cessez-le-feu en Ukraine et la démilitarisation du front sous supervision de l’ONU ;
  2. des négociations sur le statut de l’Ukraine, qui entrerait dans l’UE mais pas dans l’OTAN ;
  3. un accord bilatéral entre l’Ukraine et la Russie sur la Crimée et le Donbass (ces territoires disputés auraient une pleine autonomie avec le droit d’assurer leur propre sécurité, mais seraient sous souveraineté ukrainienne) ;
  4. la conclusion d’un accord multilatéral de paix et de sécurité en Europe, ayant notamment pour objet le désarmement, le contrôle des armes et la prévention des conflits.

Dimanche, le négociateur russe Vladimir Medinski a affirmé que la Russie était prête à reprendre des pourparlers de paix avec l’Ukraine, assurant que leur suspension était due à Kiev. La veille, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, avait souligné que la guerre ne pourrait prendre fin que par des biais « diplomatiques ». Plusieurs rencontres entre négociateurs des deux camps ont eu lieu, mais elles n’ont donné aucun résultat concret.

Le rouble devient la devise officielle de la région de Kherson

C’est un pas de plus vers l’intégration des régions ukrainiennes contrôlées par Moscou dans la zone d’influence de la Russie. Les nouvelles autorités prorusses de la région ukrainienne de Kherson, ont fait, lundi, de la monnaie russe, le rouble, la devise officielle. « La région devient une zone à double devise : le rouble va circuler au même titre que la hryvnia [la monnaie ukrainienne]. Les sociétés et les entrepreneurs peuvent afficher les prix dans les deux monnaies », a annoncé l’administration civile et militaire prorusse de cette région située dans le sud de l’Ukraine.

Condamnation du soldat russe pour crime de guerre

« Le tribunal a décidé de reconnaître [Vadim] Chichimarine coupable et de le condamner à la réclusion à vie », a déclaré lundi le juge ukrainien Sergui Agafonov. Le sergent, âgé de 21 ans, avait admis avoir abattu Oleksandr Chelipov, un civil de 62 ans, dans le nord-est du pays au cours des premiers jours de l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe. Il est reconnu coupable de crime de guerre et de meurtre prémédité.

Le soldat, au visage juvénile et au crâne rasé, vêtu d’un sweat-shirt gris et bleu à capuche, a écouté, seul dans un box de verre, le verdict lu en ukrainien, tandis qu’une interprète le lui traduisait en russe. « Le meurtre a été commis avec une intention directe », a déclaré le juge. « Chichimarine a violé les lois et coutumes de la guerre », a-t-il poursuivi.

Le parquet avait requis jeudi la peine maximale, la prison à vie. Le soldat avait plaidé coupable la veille. Il avait déclaré devant le tribunal avoir agi sous la pression d’un autre soldat alors qu’il tentait de fuir vers la Russie à bord d’une voiture volée, en compagnie de quatre autres militaires.

Ce soldat, originaire d’Irkoutsk, en Sibérie, avait « demandé pardon » à la veuve de M. Chelipov lors d’un bref échange avec elle dans la salle d’un tribunal de Kiev. « C’est la condamnation la plus sévère, et toute personne sensée ferait appel », a déclaré l’avocat du jeune homme, Viktor Ovsiannikov. « Je demanderai l’annulation du verdict », a-t-il déclaré.

Avant l’audience, le Kremlin s’était déclaré « inquiet » pour le sort du citoyen russe, ajoutant ne pas pouvoir lui porter assistance sur place en raison de l’absence de représentation diplomatique. « Cela ne veut pas dire que nous n’allons pas essayer par d’autres canaux. Le sort de chaque citoyen russe a pour nous une importance capitale », a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Discours du président Ukrainien Volodymyr Zelenskyy

L’Ukraine élargit chaque semaine ses liens internationaux afin d’obtenir tout ce dont elle a besoin pour mettre fin à la guerre le plus rapidement possible – discours du Président Volodymyr Zelenskyy
Ukrainiens !
Nos défenseurs !
Aujourd’hui était une vraie journée polonaise. J’ai été heureux d’accueillir à Kyiv le Président de notre fraternelle Pologne et mon ami Andrzej Duda.
Tout d’abord, le 3 mai, le Premier ministre du Royaume-Uni Boris Johnson a prononcé un discours en ligne devant notre Verkhovna Rada. Et aujourd’hui – déjà personnellement – il y avait le président de la Pologne. Et, d’ailleurs, cette ligne de coopération – Ukraine – Pologne, Ukraine – Grande-Bretagne était vraiment très efficace et le reste pendant cette guerre.
Je suis heureux de constater que les relations ukraino-polonaises sont enfin sur une base complètement propre, sincère, sans querelles et sans héritage de vieux conflits. C’est une réussite. Il y a l’accomplissement historique de nos nations. Et je souhaite que la fraternité entre Ukrainiens et Polonais soit préservée pour toujours. Comme je l’ai dit aujourd’hui aux députés : pour que notre unité, l’unité des Ukrainiens et des Polonais, soit une valeur constante que personne ne violera.
J’ai signé un décret sur l’introduction d’un nouveau prix de l’Ukraine – pour remercier les villes des pays partenaires qui ont le plus aidé. Et Rzeszów est devenue la première de ces villes. La ville du sauveteur. À juste titre.
Une autre décision que j’ai annoncée aujourd’hui est la préparation d’un projet de loi qui sera une image miroir de la loi sur nos citoyens, les Ukrainiens, adopté en Pologne. Quelle est cette loi ? Les hommes et les femmes ukrainiens qui séjournent temporairement en Pologne pour fuir la guerre ont de facto et de jure bénéficié des mêmes opportunités que les Polonais.
Et ce sera le bon geste d’adopter une telle loi en Ukraine. Faisons en sorte que les citoyens polonais n’aient jamais à utiliser une telle loi. Mais montrons notre gratitude et notre respect.
Et je veux aussi que cela fasse partie de notre nouvelle politique de voisinage. Nous devons résoudre les différends et éliminer la pression du passé de nos relations actuelles avec tous les voisins de l’Ukraine qui nous respectent et ne sont pas des occupants de notre État.
Une décision a été prise qui révolutionne l’ordre à notre frontière. Nous introduisons un contrôle douanier conjoint avec la Pologne. Cela accélérera considérablement les procédures frontalières. Cela éliminera la plupart des risques de corruption. Mais c’est aussi le début de notre intégration dans l’espace douanier commun de l’Union européenne. C’est un processus véritablement historique.
Bien sûr, Andrzej et moi avons aussi parlé aujourd’hui du soutien à la défense de l’Ukraine, du renforcement des sanctions contre la Russie et des mesures que nous devons prendre pour atteindre notre objectif commun : l’adhésion pleine et entière de l’Ukraine à l’UE. Je suis reconnaissant à Andrzej et à tout le peuple polonais du fait que nous avançons sur cette voie aussi rapidement que possible.
Dans la soirée, j’ai parlé avec le Premier ministre du Royaume-Uni, Boris Johnson. J’ai parlé à Boris de notre rencontre, des négociations, de la situation sur le champ de bataille. Nous cherchons des moyens d’augmenter le volume de nos exportations, notamment des produits agricoles, ainsi que le volume des importations de carburant vers l’Ukraine.
Je me prépare à entamer une nouvelle semaine d’activité diplomatique maximale dans l’intérêt de notre État.
Lundi, je participerai aux discussions du Forum de Davos. Il s’agit de la plateforme économique la plus influente du monde, où l’Ukraine a quelque chose à dire.
Il y aura d’autres discours publics au cours de la semaine, notamment une allocution devant la communauté de l’université de Stanford. Ainsi qu’un format spécial de communication avec les communautés politiques et d’experts d’Indonésie.
Bien entendu, le programme prévoit également un grand nombre de contacts au niveau bilatéral avec les représentants de divers États et organisations internationales. Notre État élargit chaque semaine ses liens internationaux afin d’obtenir tout ce dont il a besoin pour mettre fin à la guerre le plus rapidement possible.
Il y aura une nouvelle réunion des représentants des pays partenaires – “Ramstein-2”, si nous appelons ce groupe d’après le lieu de la première réunion en Allemagne. Nous attendons de nouvelles décisions utiles pour notre défense.
J’ai signé un décret sur la récompense de nos militaires. 194 militaires des forces armées ukrainiennes ont reçu des récompenses d’État. 44 d’entre eux à titre posthume.
Tout le monde devrait toujours se souvenir de ces personnes. Ceux qui ont donné leur vie pour l’Ukraine.
Pour que toutes les générations de notre peuple puissent vivre librement et choisir de manière indépendante avec qui être amis, qui respecter et quelles valeurs transmettre à leurs enfants.
Gloire éternelle à tous ceux qui ont défendu l’Ukraine !
Mémoire éternelle à tous ceux dont la vie a été prise par les envahisseurs russes.
Gloire à l’Ukraine !

les commentaire

Laisser un commentaire