Derniées informations
prev next

Guerre en Ukraine : Emmanuel Macron, Olaf Scholz, Mario Draghi et Klaus Lohannis sont arrivés à Kiev

Par C.B.-- 16-Juin-2022 0

Trois des quatre dirigeants s’étaient retrouvés dans la soirée en Pologne, d’où ils ont pris un train jusqu’à la capitale ukrainienne. L’Elysée explique que cette visite doit permettre de trouver « un équilibre entre les aspirations naturelles de l’Ukraine à l’Union européenne (…) et le fait qu’il ne faut pas déstabiliser l’Union européenne ni la fracturer ».

Les sirènes d’alerte ont rententi après l’arrivée des dirigeants européens

Si Kiev a repris vie depuis le retrait russe de la région, elle est encore occasionnellement frappée par des tirs russes. Les sirènes d’alerte y retentissent régulièrement, comme cela a été le cas peu après l’arrivée des dirigeants européens.

La France veut le rétablissement de l’intégrité territoriale de l’Ukraine

« Nous sommes pour une victoire intégrale avec rétablissement de l’intégrité territoriale sur tous les territoires conquis par les Russes, y compris la Crimée », déclaré une source diplomatique française au moment où le président Emmanuel Macron, le chancelier allemand, Olaf Scholz, et le président du conseil italien, Mario Draghi, sont à Kiev pour afficher leur solidarité avec l’Ukraine.

Macron, Scholz et Draghi en visite à Irpin, dans la banlieue de Kiev

Emmanuel Macron, Olaf Scholz et Mario Draghi se sont rendus jeudi matin à Irpin, une des villes de la banlieue de Kiev devenue symbole des destructions et atrocités commises pendant l’occupation de la région par l’armée russe en mars.

Les dirigeants européens, rejoints par le président roumain Klaus Iohannis, étaient guidés par des militaires ukrainiens, avec un important dispositif de sécurité et de nombreux journalistes.

Des centaines de civils ont été tués dans les villes d’Irpin, Boutcha et Borodianka, pendant l’occupation russe de la banlieue de Kiev en mars. Des enquêtes internationales sont en cours pour déterminer les coupables sur ces crimes de guerre dont les Ukrainiens accusent les forces russes.

A l’OTAN, les Etats-Unis veulent remobiliser leurs alliés européens face à la Russie

Le secrétaire à la défense américain a confirmé, mercredi, un nouveau plan d’aide d’un milliard de dollars à Kiev, la tranche la plus importante depuis le début du conflit.

Les Etats-Unis vont livrer dix-huit obusiers supplémentaires à l’Ukraine

Le président américain, Joe Biden, a annoncé mercredi un milliard d’aide militaire supplémentaire à l’Ukraine. Un officiel du département de la défense américain a détaillé ce que comprend cette douzième livraison de matériel des Etats-Unis : dix-huit obusiers de 155 millimètres et les véhicules pour les déplacer et 36 000 obus de 155 millimètres ; des munitions pour les lance-roquettes multiples Himars ; deux systèmes de missiles antinavires Harpoon.

Mercredi, lors d’une réunion au siège de l’OTAN à Bruxelles des pays du « groupe de contact » créé par les Etats-Unis pour aider l’Ukraine, Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’Alliance atlantique, a assuré que les pays membres allaient fournir davantage d’armes lourdes modernes à l’Ukraine, mais a averti que cela demandait « du temps ». Parmi les armes que réclame l’Ukraine figurent des systèmes de lance-roquettes multiples, que Washington et Londres ont promis de fournir. Le ministre de la défense britannique, Ben Wallace, a déclaré mercredi, depuis Oslo, que les livraisons étaient « imminentes ». Les Ukrainiens réclament aussi des canons automoteurs, comme les canons automoteurs français Caesar.

Moscou tente d’intercepter les livraisons occidentales, et annonce régulièrement avoir détruit des armes fournies par les Occidentaux. Mercredi, l’armée russe a encore affirmé avoir détruit la veille un entrepôt d’armes occidentales, notamment des obusiers M777 de 155 mm, près de Lviv, dans l’ouest de l’Ukraine.

Washington demande aux Américains de ne pas aller combattre en Ukraine

Après la disparition d’Alexander Drueke, 39 ans, et d’Andy Tai Ngoc Huynh, 27 ans, deux anciens militaires américains, en Ukraine, la Maison Blanche demande aux Américains de ne pas se rendre en Ukraine. Ces deux volontaires venus d’Alabama ont disparu au nord de Kharkiv le 8 juin. Ils pourraient avoir été capturés par les forces russes, ont expliqué à CNN des membres de leur famille. John Kirby, porte-parole du conseil national de sécurité, a déclaré aux journalistes que si ces informations sont vérifiées les Etats-Unis « feront tout ce qu’ils peuvent » pour les récupérer. Il a rappelé que les Etats-Unis demandent aux Américains de « ne pas se rendre en Ukraine, qui est une zone de guerre et qu’il existe d’autres moyens, moins dangereux, d’aider ce pays ».

Les Russes poursuivent leur assaut sur la ville de Sievierodonetsk et sa voisine, Lyssytchansk, deux villes-clés du Donbass, et sur d’autres localités de la région. Les autorités ukrainiennes ont reconnu ces derniers jours que leurs troupes avaient été chassées du centre-ville de Sievierodonetsk, et qu’elles ne plus disposaient que de « voies de communication compliquées » avec elles après la destruction de tous les ponts vers Lyssytchansk.

« Nous reconstruirons tout », assure Mario Draghi, reçu par le président Volodymyr Zelensky

« Nous reconstruirons tout », a assuré le chef du gouvernement italien, Mario Draghi, à l’issue d’une visite à Irpine. Les Russes « ont détruit des écoles maternelles, des terrains de jeux. Tout sera reconstruit », a affirmé M. Draghi à la presse, après avoir déambulé dans les rues détruites d’Irpine aux côtés d’Emmanuel Macron, d’Olaf Scholz et de Klaus Iohannis.

La Slovaquie donne des hélicoptères et des roquettes Grad à l’Ukraine

Un hélicoptère de transport léger Mi-2, quatre hélicoptères de transport Mi-17 et des milliers de roquettes Grad… La Slovaquie a annoncé avoir procédé à des livraisons d’armes à l’Ukraine. « Cette assistance à l’Ukraine, de même que toutes les fournitures précédentes, sera remboursée par la Facilité européenne pour la paix, ce qui est une expression forte de la solidarité de l’Union européenne avec l’Ukraine », écrit Jaroslav Nad’, le ministre de la défense slovaque, sur Facebook.

Le ministre a ajouté que l’Ukraine utilisait déjà les équipements donnés et que les hélicoptères avaient été remplacés par des UH-60M Black Hawks américains. Selon le ministère de la défense, la Slovaquie a fait don à l’Ukraine d’équipements militaires d’une valeur de 154 millions d’euros depuis le début de la guerre, le 24 février.

La Facilité européenne pour la paix est un instrument financier hors du budget commun de l’UE, doté de 5 milliards d’euros. L’UE a décidé après l’invasion russe de l’Ukraine, le 24 février, de l’utiliser pour financer la livraison d’armes à l’Ukraine, une première pour un pays victime d’une guerre. L’Ukraine demande à ses alliés de lui fournir plus d’armes et le ministère de la défense ukrainien a regretté mardi soir que Kiev n’ait reçu qu’« environ 10 % des armes » réclamées à ses partenaires occidentaux pour lutter sur le terrain face à l’armée russe.

La situation sur le terrain : les forces russes opèrent avec des effectifs réduits

Au 113e jour de guerre, le ministère de la défense britannique a publié son rapport sur la situation sur le terrain. Il explique que « tous les ponts principaux sur la rivière Siversky Donets, qui relient la ville de Sieverodonetsk et le territoire tenu par les Ukrainiens, ont très probablement été détruits » et que « l’Ukraine a probablement réussi à retirer une grande partie de ses troupes qui tenaient la ville. La situation reste extrêmement difficile pour les forces ukrainiennes et les civils restés à l’est de la rivière ».

La destruction des ponts va compliquer la traversée du fleuve : « La Russie devra soit effectuer une traversée contestée du fleuve [sous les tirs ukrainiens], soit avancer sur ses flancs actuellement bloqués pour transformer un gain tactique en avantage opérationnel. » « Les forces russes dans le Donbass opèrent très probablement sous forme d’unités ad hoc et sous-équipées. Comme l’affirment les autorités ukrainiennes, certains groupes tactiques de bataillons (BTG) russes – qui comptent généralement entre 600 et 800 personnes – ne comptent plus que 30 soldats. Les combats en première ligne devraient de plus en plus se résumer à des escarmouches entre petites unités d’infanterie. Dans cet environnement, certains des atouts de la Russie – tels que les chars – perdent de leur pertinence. Cela contribue probablement à la lenteur persistante de sa progression. »

 

les commentaire

Laisser un commentaire