Derniées informations
prev next

Guerre en Ukraine : La Russie et l’Ukraine prêtes à « échanger 200 prisonniers », selon Recep Tayyip Erdogan

Par Y.B.-- 20-Sep-2022 0

La Russie et l’Ukraine en guerre se sont accordées pour procéder à « l’échange de 200 prisonniers », a affirmé lundi soir le président turc, Recep Tayyip Erdogan, à la télévision américaines PBS,  estimant qu’il s’agit d’une avancée « significative » dans le conflit. Il n’a pas donné d’autres détails sur cet accord ni sur les personnes concernées, civiles ou militaires, lors de cet entretien donné en turc.

Pour M. Erdogan, qui a rencontré le président russe, Vladimir Poutine, la semaine dernière à Samarcande (Ouzbékistan), le chef du Kremlin « veut en finir au plus vite » avec cette guerre. Mais pour tout accord de paix entre la Russie et l’Ukraine, il faudra restituer les terres occupées, a-t-il insisté : « C’est ce qui est attendu et espéré », poursuit-il, assurant que lui-même et que le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, « y travaillent ». Le président turc, arrivé samedi à New York, doit prendre la parole mardi devant l’Assemblée générale des Nations unies.

Erdogan appelle les parties à une sortie « digne » du conflit

Le président de la Turquie Recep Tayyip Erdogan a appelé devant l’assemblée générale de l’ONU à trouver une sortie « digne » à la guerre en Ukraine. « Ensemble, nous devons trouver une solution diplomatique raisonnable qui offrira aux deux parties une sortie digne de la crise », a déclaré le chef de l’Etat turc, qui a l’avantage d’avoir maintenu des relations à la fois avec Kiev et Moscou.

Il dit espérer qu’un « processus de paix équitable puisse triompher ».

Le président turc demande la restitution de toutes les terres occupées, dont la Crimée, par la Russie

Pour Recep Tayyip Erdogan, qui a rencontré le président russe Vladimir Poutine la semaine dernière à Samarcande (Ouzbékistan), le chef du Kremlin « veut en finir au plus vite » avec cette guerre.

Le président turc, qui est parvenu à maintenir ses liens avec Moscou et Kiev depuis le début de l’invasion russe de l’Ukraine le 24 février, a régulièrement offert sa médiation dans ce conflit et répète qu’ « il faut trouver un accord qui satisfasse tout le monde ».

Mais pour tout accord de paix entre la Russie et l’Ukraine, il faudra restituer les terres occupées, a-t-il insisté : « C’est ce qui est attendu et espéré », poursuit-il, assurant que lui-même et que le secrétaire général de l’Onu Antonio Guterres « y travaillent ».

Ankara n’a cessé de réclamer la restitution de la Crimée (sud) à l’Ukraine depuis son occupation par la Russie en 2014, a-t-il rappelé, s’inquiétant en particulier du sort de la minorité tatare turcophone.

La première ministre britannique réitère son soutien à l’Ukraine

La première ministre britannique, Liz Truss, s’est engagée mardi à maintenir, voire à augmenter, en 2023, les 2,3 milliards de livres sterling (2,6 milliards d’euros) d’aide militaire promis cette année à l’Ukraine, lors de son premier déplacement à l’étranger comme cheffe de gouvernement, à l’Assemblée générale de l’ONU à New York. Dans un communiqué, elle a expliqué :

Les victoires de l’Ukraine ces dernières semaines sont une source d’inspiration. Mon message aux Ukrainiens est le suivant : le Royaume-Uni continuera à se tenir juste derrière vous à chaque étape. Votre sécurité est notre sécurité.

« L’armée de l’air a frappé vingt-quatre zones de concentration de main-d’œuvre et d’équipements militaires ennemis », a annoncé le gouverneur ukrainien de Louhansk

Serhi Haïdaï, gouverneur ukrainien de Louhansk, a expliqué, mardi, sur Telegram que  « l’armée de l’air a frappé [lundi] vingt-quatre zones de concentration de main-d’œuvre et d’équipements militaires ennemis, quatre positions de systèmes de missiles antiaériens et un dépôt de munitions ». Il a ajouté : « Nos unités de défense aérienne ont détruit un avion SU-25, un missile aérien guidé et trois drones ennemis dans diverses directions. »

La « république populaire de Louhansk » réclame un référendum « immédiat » en faveur d’un « rattachement » à la Russie

La « république populaire de Louhansk » a réclamé, lundi, un référendum « immédiat » en faveur d’un « rattachement » à la Russie, selon l’agence TASS.

« Nous estimons qu’il est plus opportun que jamais de prendre la décision d’organiser immédiatement un référendum sur le territoire de la “république populaire de Louhansk” », affirme un communiqué. Cette initiative « ouvrira de nouvelles opportunités sur la voie de la renaissance et de la restauration du pouvoir de notre région, son retour à une vie pacifique à part entière », est-il ajouté, alors que cet appel peut aussi refléter, comme l’analyse notre journaliste Emmanuel Grynszpan, la panique régnant parmi les dirigeants qui soutiennent Moscou devant la contre-attaque militaire ukrainienne.

Volodymyr Zelensky rassure

Dans son discours du soir ce lundi, Volodymyr Zelensky a assuré que l’armée ukrainienne “tenait fermement ses positions” et “stabilisait la situation” dans la région de Kharkiv, alors que la contre-offensive de ses troupes semble avoir ralenti depuis quelques jours.

Dans le sud du pays, les autorités ukrainiennes ont accusé l’armée russe d’avoir bombardé le site de la centrale nucléaire de Pivdennooukraïnsk, après des semaines de tensions autour de celle de Zaporijia, occupée par Moscou et visée par de multiples frappes. De quoi pousser le chef de l’État à rappeler une nouvelle fois que la Russie mettait “en danger le monde entier”, appelant à “l’arrêter tant qu’il n’est pas trop tard”.

ONU 

Guerre en Ukraine, catastrophes climatiques, insécurité alimentaire… Dans un monde assiégé par les crises, les dirigeants de la planète se succèdent à partir de ce mardi à la tribune de l’Assemblée générale de l’ONU éprouvée par des divisions profondes.

Pendant près d’une semaine, quelque 150 chefs d’État et de gouvernement du monde entier vont prendre la parole lors de cette grand-messe diplomatique annuelle qui reprend en personne après deux années perturbées par le Covid-19.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie sera au coeur de cette semaine diplomatique de haut niveau, avec une intervention mercredi du président ukrainien Volodymyr Zelensky –par vidéo grâce à une autorisation spéciale votée la semaine dernière par les Etats membres– et un Conseil de sécurité jeudi au niveau des ministres des Affaires étrangères. Mais les pays du Sud s’agacent de plus en plus que les Occidentaux focalisent leur attention sur l’Ukraine.

Le charnier d’Izioum nié par la Russie.

La Russie réfute toute découverte de tombes dans la ville d’Izioum, située à l’est de l’Ukraine. Kiev accuse le Kremlin d’avoir bombardé une nouvelle centrale nucléaire, à Pivdennaoukraïnsk. Deux anciens employés de l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) sont condamnés à 13 ans de prison.

Vladimir Poutine accuse l’Europe de bloquer le don de 300 000 tonnes d’engrais aux pays pauvres

Le président russe a accusé mardi l’Union européenne de bloquer un don d’engrais russes. Lors d’une cérémonie de remise des lettres de créance à une vingtaine d’ambassadeurs, le président russe a déploré :

Le comble du cynisme, c’est que même notre offre (…) de transférer gratuitement 300 000 tonnes d’engrais russes bloqués dans les ports européens en raison des sanctions vers les pays qui en ont besoin reste toujours sans réponse. C’est clair : ils ne veulent pas laisser nos entreprises gagner de l’argent. Mais nous voulons donner [ces tonnes d’engrais] gratuitement aux pays dans le besoin.

Vladimir Poutine a de nouveau fustigé « des sanctions illégitimes » prises par certains pays d’Occident « pour renforcer leur position » qui ont, selon lui, « des conséquences négatives sur eux-mêmes » mais aussi « sur des Etats totalement innocents, [qui] souffrent d’une telle politique, en premier lieu les pays en développement et les plus pauvres ».

L’ex-président russe Dmitri Medvedev veut l’annexion du Donbass pour renforcer l’offensive en Ukraine

L’ex-président russe Dmitri Medvedev a affirmé mardi que l’annexion par référendum des régions séparatistes du Donbass, dans l’est de l’Ukraine, permettrait à Moscou de renforcer son offensive militaire. Sur Telegram, il a déclaré : “Les référendums dans le Donbass sont d’une grande importance non seulement pour la protection systémique des habitants (…), mais aussi pour le rétablissement de la justice historique (…). Empiéter sur le territoire de la Russie est un crime et s’il est commis, cela vous permet d’utiliser toutes les forces de légitime défense.”

Kiev va recevoir des chars slovènes après un « échange » entre Berlin et Ljubljana

L’Ukraine, en pleine contre-offensive contre la Russie, va recevoir 28 chars de combat de Slovénie, laquelle va en échange se faire livrer par l’Allemagne du matériel militaire, dont 40 camions, a annoncé mardi le gouvernement allemand. Les autorités slovènes « cèdent 28 chars de combat de conception soviétique et nous fournissons des camions militaires modernes », a annoncé dans un communiqué la ministre allemande de la Défense, Christine Lambrecht.

« Ensemble, nous complétons ainsi les livraisons directes d’armes à l’Ukraine afin de la soutenir dans sa lutte défensive courageuse contre l’agression russe », salue-t-elle. Les chars d’assaut slovènes sont de type M 55 S, une version très modernisée du tank soviétique T-55 et « sont équipés d’un système d’armement de pointe », selon Christine Lambrecht.

A Kiev, McDonald’s a rouvert trois restaurants partiellement

McDonald’s a partiellement rouvert mardi trois restaurants à Kiev, plus de six mois après leur fermeture à cause de l’invasion russe de l’Ukraine et alors que le géant américain a quitté la Russie. Mardi matin, plusieurs livreurs de plates-formes de livraison faisaient la queue à l’extérieur d’un des restaurants de McDonald’s à Kiev dans l’attente de commandes de clients, a constaté une équipe de l’Agence France-Presse.

« En octobre, ces trois restaurants rouvriront complètement, ainsi que [les services de] McDdrive et Express », a affirmé mardi McDonald’s dans un communiqué. Sept autres restaurants de la capitale doivent aussi rouvrir prochainement, ainsi que d’autres restaurants « dans des villes de l’ouest du pays », selon la même source.

« Ces référendums fictifs ne sont pas acceptables », dénonce Olaf ScholzLe chancelier allemand Olaf Scholz a estimé mardi que « ces référendums fictifs » qu’entend organiser la Russie dans plusieurs régions ukrainiennes étaient « inacceptables ».

« Il est très clair que ces référendums fictifs ne sont pas acceptables et qu’ils ne sont pas couverts par le droit international », a-t-il déclaré à la presse en marge de l’Assemblée générale des Nations unies à New York. « Tout ceci n’est qu’une tentative d’agression impérialiste que l’on veut ainsi habiller », a ajouté le chancelier, appelant la Russie à retirer ses troupes.

 La Russie écartée du tirage au sort de l’Euro-2024La Russie, sanctionnée en raison de l’invasion militaire de l’Ukraine, a été écartée du tirage au sort des qualifications de l’Euro-2024 de football le mois prochain à Francfort, ont annoncé mardi la Fédération russe et l’UEFA.

« L’équipe nationale russe ne participera pas au tirage au sort du tour de qualification du Championnat d’Europe 2024, qui se tiendra le 9 octobre à Francfort », a annoncé mardi la fédération russe dans un communiqué. « La raison provient de la décision de l’UEFA en février de suspendre la participation des équipes nationales et des clubs russes aux compétitions de l’organisation, et ce de facto jusqu’à nouvel ordre », ajoute-t-elle.

 Moscou accroît son « chantage nucléaire »

La Russie a renforcé son « chantage nucléaire » contre Kiev avec son bombardement lundi du site d’une deuxième centrale ukrainienne, celle de Pivdennooukraïnsk (sud), a déclaré mardi le directeur de cette installation Igor Polovitch.

Avec le bombardement de cette centrale, « la deuxième phase de leur chantage nucléaire a démarré », a estimé Igor Polovitch alors que le site d’une autre installation atomique ukrainienne, celle de Zaporojie (Sud) avait déjà été bombardé à plusieurs reprises ces derniers mois, ce qui faisait craindre un accident nucléaire.

Des référendums organisés dans l’urgence

Les référendums annoncés ce mardi par Moscou, sur le modèle de celui qui a formalisé l’annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée (sud) par la Russie en 2014, dénoncée par la communauté internationale, font l’objet de préparatifs depuis plusieurs mois.

Le calendrier semble s’être accéléré du fait de la contre-offensive ukrainienne qui a forcé l’armée russe à la retraite dans le nord-est du pays. En effet, le parti Russie unie du président Vladimir Poutine visait lui le 4 novembre, jour de l’Unité nationale russe, qui commémore une révolte populaire du XVIIe siècle contre des forces polonaises à Moscou. C’est le chef du « Parlement » autoproclamé de Lougansk, Denis Mirochnitchenko qui a annoncé le premier que le scrutin aurait lieu, sur quatre jours à partir de vendredi.

Référendums d’annexion par la Russie dans le Donbass du 23 au 27 septembre

Les territoires séparatistes prorusses de la région du Donbass, dans l’est de l’Ukraine, vont organiser des référendums pour intégrer la Russie du 23 au 27 septembre, ont rapporté mardi leurs autorités et agences de presse officielles.

Ces scrutins auront lieu dans les régions de Donetsk et de Lougansk, dont le président russe Vladimir Poutine a reconnu l’indépendance peu avant de lancer son offensive contre l’Ukraine. Leur intégration à la Russie représenterait une escalade majeure dans le conflit.

Poutine appelle Erevan et Bakou à « la retenue »

Le président russe Vladimir Poutine a appelé mardi l’Arménie et l’Azerbaïdjan à faire preuve de « retenue » après les pires affrontements entre les armées de ces deux pays du Caucase depuis 2020, qui ont fait près de 300 morts.

« Nous appelons chaque partie à faire preuve de retenue, à respecter strictement le cessez-le-feu et à suivre fermement les déclarations tripartites des dirigeants de la Russie, de l’Azerbaïdjan et de l’Arménie », a déclaré M. Poutine lors d’une cérémonie de remise des lettres de créance à une vingtaine d’ambassadeurs à Moscou.

Plus de 200 militaires arméniens et près de 80 soldats azerbaïdjanais sont morts la semaine passée dans de violents combats à la frontière entre les deux pays, une escalade inédite depuis une guerre en 2020.

Kiev promet de « liquider la menace russe »L’Ukraine a promis mardi de « liquider » la « menace » russe face à l’annonce de l’organisation de référendums d’annexion par Moscou des régions séparatistes de Donetsk et de Lougansk, dans l’Est du pays.

« L’Ukraine va régler la question russe. La menace ne peut être liquidée que par la force », a écrit sur Telegram le chef de l’administration présidentielle ukrainienne, Andriï Iermak, dénonçant un « chantage » de la part de Moscou, motivé par « la peur de la défaite ».

Poutine défend sa politique « souveraine » avant l’Assemblée générale de l’ONULe président russe Vladimir Poutine a promis mardi de poursuivre sa politique étrangère « souveraine » et dénoncé la volonté d’« hégémonie » américaine avant l’Assemblée générale des Nations unies, marquée cette année par l’offensive de Moscou en Ukraine. S’il a dépêché son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à New York, aucune allocution de Vladimir Poutine n’est prévue à l’Assemblée générale cette année, dans le contexte de l’intervention russe en Ukraine, largement condamnée dans le monde.

Mais en recevant mardi à Moscou les lettres de créance d’ambassadeurs étrangers récemment arrivés, le chef de l’Etat russe a prononcé un discours qui aurait pu avoir sa place à la 77e édition de la grand-messe diplomatique. « Le développement vers la multipolarité se heurte malheureusement à la résistance de ceux qui s’efforcent de garder un rôle hégémonique dans les affaires du monde et de tout contrôler : l’Amérique latine, l’Europe, l’Asie et l’Afrique », a déclaré Vladimir Poutine dans une allusion voilée à Washington.

Poutine accuse l’Europe de bloquer le don de 300.000 tonnes d’engrais aux pays pauvresLe président Vladimir Poutine a accusé mardi l’UE de bloquer le don de 300.000 tonnes d’engrais russes aux pays qui en ont le plus besoin, au moment où Moscou se plaint d’obstacles aux exportations de la part des Occidentaux.

« Le comble du cynisme, c’est que même notre offre (…) de transférer gratuitement 300.000 tonnes d’engrais russes bloqués dans les ports européens en raison des sanctions vers les pays qui en ont besoin reste toujours sans réponse », a déploré Vladimir Poutine lors d’une cérémonie de remise des lettres de créance à une vingtaine d’ambassadeurs.

« C’est clair : ils ne veulent pas laisser nos entreprises gagner de l’argent », a-t-il regretté. Avant d’ajouter : « Mais nous voulons donner [ces tonnes d’engrais] gratuitement aux pays dans le besoin », a-t-il fait valoir.

Medvedev veut l’annexion du Donbass pour renforcer l’offensive en Ukraine

L’ex-président russe a affirmé mardi que l’annexion par référendum des régions séparatistes du Donbass, dans l’est de l’Ukraine, permettrait à Moscou de renforcer son offensive militaire.

Les référendums dans le Donbass «sont d’une grande importance non seulement pour la protection systémique des habitants (…), mais aussi pour le rétablissement de la justice historique», a déclaré M. Medvedev sur Telegram.

les commentaire

Laisser un commentaire