Derniées informations
prev next

Guerre en Ukraine : Au moins sept morts dans une frappe russe sur un marché dans l’est du pays

Par Y.B.-- 12-Oct-2022 0

Une frappe russe sur un marché dans la ville d’Avdiïvka, proche de la ligne de front dans l’est de l’Ukraine, a fait au moins sept morts, a annoncé le gouverneur ukrainien de la région de Donetsk, Pavlo Kyrylenko.

« Au moins sept morts et huit blessés à la suite d’un bombardement matinal sur Avdiïvka. Les Russes ont frappé le marché central, où se trouvaient de nombreuses personnes à ce moment-là », a-t-il affirmé sur Telegram.« Il n’y a aucune logique militaire dans ces bombardements – seulement un désir effréné de tuer le plus grand nombre possible de nos concitoyens et d’intimider les autres. »

A Lviv, les frappes russes ravivent la peur

Venus du Donbass ou du sud du pays, de nombreux Ukrainiens ont cherché refuge dans l’ouest du pays, à son tour frappé par les bombardements. Des salves de missiles russes ont frappé mardi pour la seconde journée de suite l’infrastructure électrique de Lviv, provoquant à chaque fois des coupures de courant de plusieurs heures, avec des conséquences en cascade : plus de chauffage, ni d’eau potable, ni de communications mobiles. Le spectre d’une destruction complète du réseau électrique par l’envahisseur russe pendant l’hiver hante les esprits.

L’UE cherche à sortir de l’impasse au sujet du plafonnement des prix du gaz

Les ministres de l’énergie de l’Union européenne (UE) se réunissent à Prague mercredi pour tenter de fournir des instructions plus claires sur ce que la Commission européenne devrait proposer comme mesures d’urgence, alors qu’ils cherchent à élaborer un plan commun pour lutter contre la hausse des prix du gaz. « La réunion d’aujourd’hui portera principalement sur la manière d’assurer suffisamment d’énergie aux citoyens européens à des prix abordables », a expliqué sur Twiter  le ministre de l’énergie tchèque, Jozef Sikela, dont le pays assure la présidence tournante du Conseil de l’UE.

La plupart des pays souhaitent un plafonnement du prix du gaz, qui est près de 90 % plus élevé qu’il y a un an, mais ne sont pas d’accord sur les modalités de son application. Certains pays, dont l’Allemagne, premier marché gazier d’Europe, y sont toujours opposés.

La fourniture de systèmes de défense antiaérienne à l’Ukraine est « la priorité »

La fourniture de systèmes de défense antiaérienne à Kiev est « la priorité » pour les Alliés, car les Ukrainiens en ont « un besoin urgent » pour faire face aux bombardements de la Russie, a affirmé mercredi le secrétaire général de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), Jens Stoltenberg.

« Les Alliés ont fourni de tels systèmes de défense, mais les Ukrainiens ont besoin de plus. Ils ont besoin de différents types de défense aérienne, à courte portée, à longue portée, de systèmes contre les missiles balistiques, les missiles de croisière, les drones. Différents systèmes pour différentes tâches », a-t-il expliqué au début d’une réunion des ministres de la défense de l’Alliance, à Bruxelles.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a demandé la création d’un bouclier anti-aérien au dessus de l’Ukraine.

L’autre priorité est « la reconstitution des stocks d’armements et de munitions des pays de l’Alliance », car ils « se sont réduits » avec les livraisons à l’Ukraine, a averti Jens Stoltenberg. « Nous avons besoin de les reconstituer pour assurer notre défense et pouvoir continuer à soutenir l’Ukraine », a-t-il expliqué. « Nous avons de sérieux problèmes sur les stocks de munitions », a confirmé le représentant d’un pays de l’Alliance.

La panne d’alimentation électrique à la centrale de Zaporijia est due à une frappe russe, selon Energoatom

Dans un communiqué sur Telegram ercredi, l’entreprise publique d’énergie nucléaire ukrainienne Energoatom annonce que « ce matin, 12 octobre, à 8 h 59, à la suite de tirs de roquettes des troupes russes, la sous-station de Dniprovska dans l’oblast de Dnipropetrovsk a été endommagée. En conséquence, la ligne de communication de 750 kV ZNPP-Dniprovska a été accidentellement déconnectée ». En conséquence, la centrale nucléaire de Zaporijia a été totalement mise hors tension. Les générateurs diesel ont pris le relais en mode automatique.

Energoatom dit avoir « préparé et envoyé du carburant diesel à Zaporijia ». « Cependant, depuis 10 heures, la partie russe ne permet pas au convoi de véhicules de la compagnie de passer », précise l’opérateur ukrainien des centrales nucléaires.

Le bombardement russe et les dommages causés à l’infrastructure énergétique liée au fonctionnement des centrales nucléaires constituent la même manifestation de terrorisme nucléaire que le bombardement direct de la centrale de Zaporijia et entraînent les mêmes conséquences et menaces d’accident radiologique.

L’Ukraine annonce la reprise aux Russes de cinq localités dans le sud du pays

La présidence ukrainienne a annoncé mercredi matin la reprise aux forces russes de cinq localités de la région méridionale de Kherson, où l’Ukraine mène une contre-offensive, faisant reculer les troupes russes dans une région que Moscou affirme avoir annexée. « Les forces armées de l’Ukraine ont libéré cinq localités de plus dans le raïon de Beryslav, dans l’oblast de Kherson : Novovassylivka, Novohryhorivka, Nova Kamianka, Tryfonivka, Tchervone », a détaillé la présidence ukrainienne.

Les forces ukrainiennes mènent depuis des semaines une contre-offensive dans cette région contrôlée par les forces de Moscou depuis les premières semaines de la guerre. Après s’être heurté à une forte résistance russe, l’armée ukrainienne a réalisé au début d’octobre des gains non négligeables dans la région, notamment sur la rive du Dnipro, au sud de la ville industrielle de Kryvy Rih. Dans la région, Kiev a notamment visé des ponts à de multiples reprises afin de perturber l’approvisionnement logistique des forces russes.

La région de Kherson est l’une des quatre régions d’Ukraine dont Moscou a revendiqué l’annexion, une décision dénoncée par Kiev et ses alliés occidentaux.

Les pays européens s’accordent sur une importante mission de formation pour l’armée ukrainienne

Les 27 membres de l’Union européenne ont donné leur accord à l’organisation d’une importante mission militaire pour former les forces ukrainiennes dans plusieurs Etats membres, a-t-on appris mercredi de sources diplomatiques.

L’accord a été trouvé par les ambassadeurs à Bruxelles et sera adopté lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères lundi à Luxembourg, a indiqué un diplomate. « La mission devra être en mesure de dispenser une formation à un grand nombre de membres du personnel des forces ukrainiennes », souligne un document de travail. Selon deux diplomates, la mission devrait permettre de former « dans un premier temps » 15.000 militaires.

Les Etats-Unis promettent le système de défense antiaérienne NASAMS

A Bruxelles encore, les Etats-Unis ont promis le système de défense antiaérienne NASAMS, dont les deux premiers exemplaires doivent arriver prochainement en Ukraine. Ils en promis six de plus, mais là aussi, ce sont des équipements qui doivent être commandés à l’industrie de défense et leur livraison pourrait ne pas intervenir avant deux à trois ans.

Le FSB dit avoir déjoué deux tentatives d’attentats imputées à Kiev

Les services de sécurité russes (FSB) ont affirmé mercredi avoir déjoué une tentative d’attentat dans la région de Moscou et une autre dans celle de Briansk, non loin de l’Ukraine, accusant Kiev d’avoir préparé ces attaques.

Dans deux communiqués distincts, cités par les agences de presses russes, le FSB affirme avoir arrêté un Ukrainien suspecté d’avoir préparé une attaque au lance-roquettes dans la région de Moscou, et un autre citoyen ukrainien accusé d’avoir voulu organiser une attaque à l’explosif contre un centre logistique à Briansk.

Les bombardements russes ont touché près de 30 % des infrastructures énergétiques du pays en deux jours, selon Kiev

Les frappes de missiles effectuées lundi et mardi par la Russie ont touché près de 30 % des infrastructures énergétiques d’Ukraine, a déclaré tard mardi soir le ministre ukrainien de l’énergie, German Galushchenko, dans un entretien accordé à CNN. Les Russes « se fichent de tous les accords et conventions internationaux », a-t-il estimé, en expliquant aux soutiens de son pays que les Ukrainiens avaient « besoin » de se protéger de ces frappes aériennes.

Les autorités de Kiev ont appelé mardi les Ukrainiens à ne pas utiliser leurs appareils électroménagers afin de réduire la consommation globale d’électricité alors que des millions d’habitants sont confrontés à des coupures de courant après ces attaques russes contre le réseau électrique, d’une ampleur sans précédent depuis le début de l’offensive russe fin février dernier.

Les services de sécurité russes annoncent avoir arrêté huit personnes suspectées d’avoir participé à l’organisation de l’attaque du pont de Crimée

Les services de sécurité de Russie (FSB) ont annoncé mercredi avoir arrêté huit personnes, dont cinq Russes, suspectées d’avoir participé à l’organisation de l’attaque à l’explosif qui a touché samedi le pont de Crimée.

Dans un communiqué, cité par l’agence de presse russe TASS, le FSB affirme que cette « attaque terroriste » a été organisée par les renseignements militaires ukrainiens. Selon cette source, les explosifs ont été dissimulés dans des « rouleaux de film plastique » envoyés en août depuis le port d’Odessa, en Ukraine, et ont ensuite transité par la Bulgarie, la Géorgie et l’Arménie, avant d’entrer en Russie.

L’Ukraine a reçu son premier système de défense antiaérienne livré par l’Allemagne

L’Ukraine a reçu son premier système de défense antiaérienne livré par l’Allemagne, a annoncé le ministre de la défense ukrainien, Oleksii Reznikov, dans un tweet publié mardi soir. « Une nouvelle ère de la défense aérienne a commencé » en Ukraine, s’est enthousiasmé le ministre.

Joe Biden refuse « de négocier quoi que ce soit » avec les Russes « sur le fait qu’ils restent en Ukraine »

Interrogé par CNN sur la possibilité de rencontrer Vladimir Poutine au prochain sommet du G20 en Indonésie en novembre, le président américain, Joe Biden, a dit n’en avoir « pas l’intention », tout en précisant que « cela dépend[ait] » de ce dont son homologue russe souhaite parler. Si Vladimir Poutine voulait discuter de la libération de Brittney Griner, star américaine du basketball féminin emprisonnée en Russie depuis février, « je le rencontrerai », a-t-il assuré.

Joe Biden a en revanche affirmé refuser « de négocier quoi que ce soit avec la Russie sur le fait qu’ils restent en Ukraine, gardent une partie de l’Ukraine ». Questionné sur la possibilité que Vladimir Poutine utilise l’arme nucléaire, le président américain a répondu : « Je ne pense pas qu’il le fera. Mais je pense que c’est irresponsable de sa part d’en parler. »

Joe Biden a également affirmé, mardi, que Vladimir Poutine avait sous-estimé la résistance qu’il rencontrerait en attaquant l’Ukraine. « Je pense que c’est une personne rationnelle qui a clairement mal évalué » la situation, a expliqué le locataire de la Maison Blanche. « Il pensait qu’il allait être accueilli à bras ouverts (…), et je pense qu’il a fait une complète erreur de calcul », a-t-il ajouté.

La centrale nucléaire de Zaporojie privée de courant

Pour la deuxième fois en cinq jours, la centrale nucléaire Zaporojie est privée de courant, selon Rafael Mariano Grossi, le directeur général de l’AIEA. « Ses groupes électrogènes diesel de secours fournissent désormais l’électricité nécessaire à ses fonctions de sûreté et de sécurité nucléaires », a-t-il précisé.

La Russie veut repousser la ligne de front à distance de Zaporojie

Selon Yevgeny Balitsky, le dirigeant installé par la Russie dans la partie occupée de la région de Zaporojie, cité par l’agence russe RIA Novosti, installer une zone de sécurité nucléaire autour de la centrale nucléaire prise par les Russes est impossible « tant que la ligne de front n’est pas poussée au moins 100 km, sinon c’est dangereux ».

La Biélorussie mise en garde

Le G7 a également prévenu la Biélorussie que la création d’une force militaire commune entre Moscou et Minsk constituait « l’exemple le plus récent de (sa) complicité » avec la Russie dans la guerre contre l’Ukraine.

Le G7 va demander des comptes à Poutine

En réunion virtuelle avec le G7 mardi, Volodymyr Zelensky a demandé de l’aider à créer un « bouclier aérien » au-dessus de l’Ukraine, prévenant que « le dirigeant russe, qui est en fin de règne, a encore les moyens d’une escalade ».

Déplorant dans un communiqué « la stratégie russe d’escalade délibérée », le G7 a condamné « de la façon la plus véhémente possible » ces « attaques aveugles contre des populations civiles innocentes » qui sont « un crime de guerre », promettant de « demander des comptes au président Vladimir Poutine ».

Le Kremlin s’attend à ce que Erdogan propose jeudi à Poutine une médiation sur l’Ukraine

Le Kremlin a indiqué mercredi s’attendre à ce que le président turc Recep Tayyip Erdogan fasse à Vladimir Poutine une proposition concrète de médiation sur le conflit en Ukraine, alors que les deux hommes se voient jeudi au Kazakhstan.

« Les Turcs proposent leur médiation. Si des contacts (russo-ukrainiens) devaient avoir lieu, ils se feraient sur le territoire » turc, a indiqué à la presse le conseiller diplomatique du Kremlin, Iouri Ouchakov. « Erdogan va probablement officiellement proposer quelque chose », a-t-il ajouté, précisant s’attendre à une « discussion intéressante et utile ».

“LA BALLE EST DANS LE CAMP” EUROPEEN

président russe Vladimir Poutine a estimé mercredi que la “balle est dans le camp” de l’UE quant au lancement des livraisons de gaz russe via le système de gazoduc Nord Stream 2 non affecté par des explosions.

“La Russie est prête à reprendre les livraisons” via ce tube sous-marin qui n’a jamais été mis en service à cause de l’offensive contre l’Ukraine, a estimé M. Poutine lors d’un forum énergétique. “La balle est dans le camp de l’UE, si elle le veut, elle n’a qu’à ouvrir le robinet”, a-t-il jugé, ajoutant en outre que les autres gazoducs du système Nord Stream ne seraient réparés que si leur exploitation était garantie.

Vladimir Poutine a aussi déclaré que la situation actuelle faisait revenir certains Européens au « Moyen Âge »

Vladimir Poutine a accusé mercredi le G7 et l’UE de « détruire » le marché mondial de l’énergie en voulant plafonner le prix du pétrole russe, assurant que Moscou était prêt à reprendre ses livraisons vers l’Europe via les gazoducs Nord Stream.

Selon lui, la situation actuelle fait revenir certains Européens au « Moyen Âge » : « Des Européens ordinaires souffrent. En un an, leurs factures d’électricité et de gaz ont plus que triplé. La population, comme au Moyen Âge, a commencé à faire des réserves de bois pour se chauffer cet hiver », a-t-il assuré.

Vladimir Poutine parle pétrole et bien-être de « milliards de personnes »

Le projet de plafonnement du prix du pétrole russe, poussé par le G7 et l’Union européenne de façon à limiter les revenus engrangés par Moscou, « menace le bien-être de milliards de personnes », a dénoncé mercredi Vladimir Poutine.

« Avec leurs décisions hasardeuses, certains hommes politiques occidentaux détruisent en réalité l’économie mondiale de marché, menacent le bien-être de milliards de personnes », a fustigé le président russe lors d’un discours au Forum énergétique de Moscou.

Vladimir Poutine estime que les fuites des gazoducs Nord Stream sont un acte de « terrorisme international »

Les fuites ayant touché les gazoducs Nord Stream reliant la Russie à l’Allemagne sont un « acte de terrorisme international », a dénoncé Vladimir Poutine, assurant que cet incident profite aux Etats-Unis, à la Pologne et à l’Ukraine.

« Les bénéficiaires sont clairs (…) Car (cet incident) renforce l’importance géopolitique des systèmes gaziers restants, celui qui passe par le territoire de la Pologne (…) et de l’Ukraine, et que la Russie a construit à ses frais. Mais aussi aux Etats-Unis qui peuvent désormais livrer leur énergie à des prix élevés », a affirmé le président russe, lors d’un forum sur l’énergie.

les commentaire

Laisser un commentaire