Derniées informations
prev next

Guerre en Ukraine: Guerre et diplomatie!

Par C.B.-- 26-Oct-2022 0

Un groupe anti-guerre sabote une voie ferrée

« Le 24 octobre, le gouverneur de la région russe de Belgorod a annoncé qu’un engin explosif avait endommagé la voie ferrée près du village de Novozybkovo, à environ 15 km de la frontière russo-biélorusse. La ligne est la principale liaison ferroviaire entre la Russie et le sud de la Biélorussie », a indiqué ce mercredi matin  le ministre britanique de la Défense  dans son désormais incontournable bulletin d’informations quotidien.

« Le groupe anti-guerre russe “Stop the Wagons” (STW) a revendiqué l’incident. C’est au moins le sixième incident de sabotage contre l’infrastructure ferroviaire russe revendiqué par STW depuis juin », a aussi indiqué l’institution britannique dans son point d’information.

Des attaques contre les chemins de fer russes

Chaque jour, le ministère de la Défense britannique fait un point sur la situation en Ukraine. Dans sa dernière mise à jour, Londres rapporte au moins six incidents de sabotage contre des infrastructures ferroviaires russes depuis juin. Le dernier s’est produit il y a quelques jours lorsqu’un « engin explosif a endommagé la voie ferrée près du village de Novozybkovo, à environ 15 km de la frontière russo-biélorusse ».

Le groupe anti-guerre russe « Stop the Wagons » (STW) a revendiqué l’attaque. « Cela fait partie d’une tendance plus large d’attaques dissidentes contre les chemins de fer en Russie et en Biélorussie. Les autorités russes ont déjà réprimé la présence en ligne de STW », souligne le ministère.

Toujours le chaos électrique

Les Ukrainiens continuent à subir des coupures massives d’électricité, conséquence des frappes russes répétées visant les infrastructures du pays à l’approche de l’hiver. L’opérateur national Ukrenergo a une nouvelle fois procédé à des coupures électriques dans la capitale ukrainienne, Kiev, pour «stabiliser» la fourniture en électricité, selon le fournisseur privé d’électricité ukrainien DTEK.

Plus d’un million de foyers ukrainiens sont privés d’électricité à la suite de ces attaques russes contre les infrastructures électriques, avait déjà précisé la présidence d’Ukraine en début de semaine.

Le risque Zaporojie« Le risque d’un problème nucléaire civil, d’un accident en particulier dans la centrale nucléaire de Zaporiojie » est devenu « permanent » en Ukraine. Tels sont les mots d’Edouard Jolly, chercheur en théorie des conflits armés et philosophie de la guerre à l’Institut de Recherche Stratégique de l’Ecole militaire interrogé ce matin par France Info. Ce spécialiste explique que « les ouvriers ukrainiens ont dû mal à accéder aux installations ».

KHERSON

“Plus de 70.000” civils ont quitté leur domicile “en une semaine” dans la région de Kherson, dans le sud de l’Ukraine, après que les autorités d’occupation prorusses ont entamé leurs évacuations le 19 octobre dernier, ont-elles annoncé mercredi.

“Je suis sûr que plus de 70.000 (personnes) sont parties en une semaine depuis que la traversée a été organisée” de la rive droite du fleuve Dnipro vers la rive gauche, plus éloignée du front, a déclaré Vladimir Saldo, le chef de l’administration d’occupation russe, en direct sur la chaîne de télévision Krym 24.

Norvège et Russie s’accordent sur la pêche en mer

La Norvège et la Russie sont tombés d’accord sur des quotas de pêche en mer de Barents pour 2023, rare signe d’entente dans un contexte de tensions aiguës du fait de la guerre en Ukraine. « C’est bien que nous ayons conclu un accord de pêche avec la Russie en dépit de la situation extraordinaire dans laquelle nous nous trouvons », a souligné le ministre norvégien de la Pêche, Bjørnar Skjaeran, cité dans un communiqué mardi.

Depuis 1976, au titre d’un accord conclu en pleine Guerre froide et considéré à ce titre comme exemplaire, la Norvège, membre de l’Otan, et la Russie s’entendent sur des quotas de prises sur plusieurs espèces en mer de Barents, qui abrite notamment un précieux stock de cabillauds.

V. POUTINE PRÊT À RECOURIR À L’ARME NUCLÉAIRE ? KIEV N’Y CROIT PAS

Le ministre ukrainien de la Défense, Oleksiy Reznikov, a déclaré mercredi qu’il ne pensait pas que le président russe Vladimir Poutine utiliserait des armes nucléaires, en dépit des menaces que le dirigeant russe brandit. “Mon opinion personnelle est que Poutine n’utilisera pas d’armes nucléaires”, a-t-il déclaré lors d’un point presse, lorsqu’il a été interrogé sur cette question, rapporte The Guardian.

Biden et Sunak soulignent le besoin de « soutenir l’Ukraine » lors de leur premier échange

Le président américain Joe Biden et le nouveau Premier ministre britannique Rishi Sunak ont souligné le besoin de « soutenir l’Ukraine » et de coopérer face aux « défis posés par la Chine » lors de leur premier appel téléphonique, a indiqué la Maison-Blanche mardi soir.

Joe Biden et Rishi Sunak « se sont accordés sur l’importance de travailler ensemble pour soutenir l’Ukraine et pour tenir la Russie responsable de son agression, de confronter les défis posés par la Chine, et de garantir des ressources en énergie durables et abordables », souligne l’exécutif américain dans un communiqué.

Des élus démocrates demandent à Joe Biden de trouver une solution diplomatique au conflit

Des élus de l’aile gauche du parti démocrate américain ont demandé, ce lundi, au président Joe Biden, qui a débloqué des milliards de dollars en aide militaire à l’Ukraine face à l’invasion russe, de démultiplier les efforts diplomatiques et d’engager des pourparlers directs avec Moscou dans un but : une fin rapide à la guerre.

C’est la première fois qu’un tel appel émane du propre parti du président.

« Nous vous appelons à accompagner le soutien économique et militaire que les Etats-Unis ont fourni à l’Ukraine d’une impulsion diplomatique proactive, et à redoubler d’efforts pour chercher un cadre réaliste pour un cessez-le-feu », ont dit les élus dans leur lettre, en disant clairement être contre l’invasion « illégale et scandaleuse » de l’Ukraine et que toute solution devrait être approuvée par Kiev.

« Mais en tant que législateurs responsables de la manière dont sont dépensés des dizaines de milliards de dollars du contribuable américain en assistance militaire dans le conflit, nous pensons qu’une telle implication dans cette guerre crée également la responsabilité pour les Etats-Unis de sérieusement explorer toutes les voies possibles », ont-ils ajouté. Parmi eux figurent Alexandria Ocasio-Cortez, Ilhan Omar et Pramila Jayapal, figures de l’aile progressiste du parti.

Les élus ont appelé M. Biden à « déployer de vigoureux efforts diplomatiques en soutien à un règlement négocié et à un cessez-le-feu, à engager des pourparlers directs avec la Russie [et] à explorer les perspectives pour un nouvel accord de sécurité européen acceptable pour toutes les parties ».

Interrogé sur le courrier, le porte-parole du département d’Etat, Ned Price, a affirmé que « personne ne veut voir cette guerre se terminer plus que nos homologues ukrainiens ».

« Nous ne savons pas quand cela se produira (…), parce que nous n’avons vu aucune indication de la part des Russes disant qu’ils sont prêts à s’engager dans cette diplomatie et ce dialogue », a-t-il ajouté. « Nous fournissons à nos partenaires ukrainiens ce dont ils ont besoin sur le champ de bataille pour que, lorsqu’une table de négociations fera son apparition, ils soient dans la position la plus forte possible », a-t-il encore dit.

Quant à la porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, elle a dit que l’exécutif avait été « très clair : rien sur l’Ukraine sans l’Ukraine ».

Biden met en garde la Russie sur le nucléaireJoe Biden a une nouvelle fois mis en garde Moscou sur le nucléaire. Le président américain a prévenu mardi que l’utilisation d’une arme nucléaire constituerait une « erreur immensément grave », au moment où Moscou avance que l’Ukraine prépare une « bombe sale », une affirmation démentie par Kiev et les pays occidentaux. Le Pentagone a également averti la Russie que l’usage d’une telle bombe aurait des répercussions.

 Rishi Sunak assure Kiev de son soutienVolodymyr Zelensky s’est entretenu mardi avec le nouveau Premier ministre britannique Rishi Sunak au téléphone. « Je suis convaincu que le partenariat entre nos pays et le leadership britannique devenu traditionnel dans la défense de la démocratie et de la liberté continueront à se renforcer », a déclaré le président dans une vidéo, disant avoir invité Rishi Sunak en Ukraine.

Le premier ministre a pour sa part assuré au président Zelensky qu’il pouvait compter sur le « soutien inébranlable du Royaume-Uni » et a espéré « qu’ils se rencontreront en personne bientôt ».

Un « Plan Marshall » pour l’UkraineS’exprimant depuis Kiev lors d’une conférence internationale consacrée à la reconstruction de l’Ukraine tenue à Berlin, le président Zelensky a exhorté mardi les participants à « prendre une décision pour boucher le trou du déficit du budget ukrainien » de 2023. « C’est une somme très importante de 38 milliards de dollars (…) ce sont les salaires des enseignants, des médecins, ce sont les prestations sociales, les retraites », a-t-il insisté.

A l’ouverture de la réunion, le chancelier Olaf Scholz a appelé à « commencer maintenant » cette reconstruction, estimant qu’il s’agissait de « rien de moins que de créer un nouveau plan Marshall pour le XXIe siècle ». La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a quant à elle jugé « stupéfiante » l’ampleur des destructions dans le pays. « La Banque mondiale estime le coût des dégâts à 350 milliards d’euros. C’est assurément plus que ce qu’un pays ou une union peut fournir seul. Nous avons besoin de tout le monde sur le pont », a déclaré.

La Russie réitère ses accusations sur la « bombe sale »Devant le Conseil de sécurité de l’ONU, la Russie a réitéré mardi ses accusations contre Kiev. « L’Ukraine a les capacités et l’Ukraine a les motifs de faire (une bombe sale), parce que le régime de Zelensky veut éviter la défaite et veut impliquer l’Otan dans une confrontation directe avec la Russie », a déclaré l’ambassadeur russe adjoint aux Nations unies Dmitry Polyanskiy, pointant du doigt deux structures capables de fabriquer ces bombes « pas sophistiquées » en Ukraine.

A la demande de Kiev qui a sollicité l’envoi d’experts, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) avait confirmé lundi une visite « dans les prochains jours » des deux structures concernées. « Je doute vraiment qu’il soit possible d’être certain à 100 % qu’il n’y a pas d’activités de ce genre, même après cette visite », a toutefois commenté Dmitry Polyanskiy.

UN MILLIER DE CORPS EXHUMÉS DANS LES TERRITOIRES REPRIS SELON KIEV

Selon le média ukrainien The Kyiv Independent, “environ 1000 corps” ont été “exhumés dans les territoires récemment libérés”. Parmi eux, des corps de militaires, mais aussi de civils dont des enfants, a indiqué le ministère ukrainien de la Réintégration.

“Ce chiffre inclut les 447 corps découverts dans une zone d’enterrement collectif à Izioum, dans l’oblast de Kharkiv, qui a été libéré”, précise le média, qui ajoute que le ministère n’a pas encore communiqué le nom des autres communes où les autorités ukrainiennes ont découvert des corps.

 

 

les commentaire

Laisser un commentaire