Derniées informations
prev next

Guerre en Ukraine : Au moins six morts dans un bombardement sur la ville de Donetsk

Par Y.B.-- 06-Déc-2022 0

Au moins six personnes ont été tuées mardi dans un bombardement sur la ville de Donetsk dans l’est de l’Ukraine, a déclaré un responsable nommé par Moscou dans cette région que la Russie a annexée fin septembre.

«Selon des données préliminaires, six civils ont été tués aujourd’hui à la suite de bombardements à Donetsk», a indiqué sur Telegram le «maire» de la ville, Alexeï Koulemzine. «Le nombre de blessés est en cours d’évaluation», a-t-il ajouté.

Volodymyr Zelensky s’est rendu dans le Donbass, près du front

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’est rendu mardi à Sloviansk, dans le Donbass ukrainien, à une quarantaine de kilomètres de Bakhmout, principal champ de bataille de la région, a indiqué la présidence sur les réseaux sociaux.

Dans une vidéo de Zelensky filmée devant l’entrée de la ville de Sloviansk, le chef de l’Etat ukrainien a salué du « fond de (son) coeur » les militaires de son pays à l’occasion du Jour des forces armées, célébré ce mardi.

L’Ukraine reproche à l’Inde d’acheter davantage de pétrole à la Russie

L’augmentation des importations indiennes de pétrole russe depuis le début de l’offensive en Ukraine est « moralement inacceptable », juge le ministre des affaires étrangères ukrainien, Dmytro Kuleba, dans une interview diffusée mardi par la chaîne indienne NDTV.

L’Inde achète six fois plus de brut russe à prix réduit depuis le début du conflit, le 24 février, et Moscou est désormais son premier fournisseur, selon les médias locaux. Le chef de la diplomatie indienne, Subrahmanyam Jaishankar, a toutefois assuré lundi que les volumes restaient modestes comparés à ceux qu’importe l’Europe, malgré ses efforts pour réduire sa dépendance énergétique vis-à-vis de Moscou, et que New Delhi n’avait pas d’autre choix que d’opter pour le pétrole le moins cher sur le marché.

L’Inde a « tout à fait tort » de justifier ses achats de pétrole russe « en expliquant que les Européens en font autant ». C’est « moralement inacceptable », a répondu Dmytro Kuleba, en évoquant « la tragédie » du conflit en Ukraine et sa « souffrance » depuis l’invasion russe.

Les liens privilégiés entre Moscou et New Delhi remontent à la guerre froide, la Russie étant entre autres le premier fournisseur d’armes de l’Inde.

« Les mesures nécessaires seront prises », promet le Kremlin après les raids de drones contre des bases russes

Les « mesures nécessaires » seront prises, a promis mardi Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, évoquant les raids de drones de la veille contre deux bases aériennes russes. Sans préciser la nature de ces mesures, il a qualifié les frappes en question de « facteur dangereux ».

Le ministère de la défense russe avait annoncé la veille que les forces ukrainiennes avaient « tenté d’effectuer des frappes avec des drones de conception soviétique sur la base de Diaguilevo, dans la région de Riazan, et sur celle d’Enguels, dans la région de Saratov », toutes deux situées à plusieurs centaines de kilomètres de la frontière. Kiev n’a pas confirmé ces attaques.

Selon le journal russe Kommersant, l’armée ukrainienne a utilisé des drones soviétiques TU-141. Si une telle opération a effectivement eu lieu, Moscou doit la considérer comme « l’échec stratégique le plus significatif de protection de ses forces depuis l’invasion de l’Ukraine », a quant à lui estimé le ministère de la défense britannique.

Des frappes mystérieuses de drones provoquent la mort de trois soldats dans deux bases aériennes de Russie

Une troisième attaque au drone a en outre provoqué un incendie mardi matin dans la zone de l’aérodrome de Koursk, cette fois près de la frontière ukrainienne.

Soixante prisonniers ukrainiens ont fait l’objet d’un échange, selon le chef de cabinet du président ukrainien

Soixante prisonniers ukrainiens ont pu faire l’objet d’un échange mardi, annonce Andriy Yermak, chef de cabinet du président ukrainien, Volodymyr Zelensky, sur Tweter.« Autre échange de prisonniers fructueux. Il a eu lieu symboliquement le Jour des forces armées. Soixante personnes rentrent chez elles. Parmi elles figurent des soldats, des réservistes et des gardes-frontières », se félicite-t-il, sans préciser les conditions ni le lieu de l’échange. A Moscou, le ministère de la défense a confirmé qu’un échange avait eu lieu et que soixante militaires russes avaient été libérés.

Plafonnement du prix du pétrole russe : Moscou dit n’avoir « aucun doute » pour trouver de nouveaux acheteurs

Malgré la mise en place, la veille par les Occidentaux, d’un plafonnement du prix du brut russe, « je n’ai aucun doute qu’il y aura des acheteurs pour nos produits » pétroliers, a déclaré le vice-ministre des affaires étrangères russe, Sergueï Riabkov, cité par les agences de presse russes. L’annonce vendredi par l’Unon européenne (UE), le G7 et l’Australie d’un plafonnement du prix du pétrole russe à l’export à 60 dollars va « fragmenter » l’économie mondiale « dans de nombreux domaines », a-t-il estimé.

L’objectif affiché de cette nouvelle sanction occidentale est d’assécher une partie des revenus colossaux que Moscou tire de la vente de ses hydrocarbures et ainsi diminuer sa capacité à financer son intervention militaire en Ukraine. Le mécanisme adopté prévoit que seul le pétrole russe vendu à un prix égal ou inférieur à 60 dollars le baril pourra continuer à être livré. Au-delà, il sera interdit pour les entreprises basées dans les pays de l’UE, du G7 et en Australie de fournir les services permettant le transport maritime (négoce, fret, assurance, armateurs, etc.).

Sommet UE-Balkans à Tirana pour resserrer les liens face à Moscou

Les 27 pays membres de l’Union européenne se réunissent mardi à Tirana, la capitale de l’Albanie, avec les dirigeants de six pays des Balkans occidentaux pour leur donner des signes de solidarité et resserrer des liens jugés encore plus nécessaires en raison de la guerre de la Russie contre l’Ukraine. Ce rendez-vous dans la capitale albanaise est le premier sommet de ce type à se tenir dans un pays des Balkans depuis plus de vingt ans. « C’est très symbolique (…) et cela montre depuis les derniers mois une évolution forte en terme d’atmosphère, d’engagement, d’implication », a commenté le président du Conseil européen, Charles Michel, à la veille de la réunion.

Rappelant également que la politique d’élargissement a « repris de la vigueur », le commissaire européen à l’élargissement et à la politique européenne de voisinage, Oliver Varhelyi, avait appelé à « garder cet élan » et « être à la hauteur des attentes », vendredi à Belgrade. Pour Lukas Macek, chercheur associé à l’institut Jacques-Delors, un enjeu du sommet sera précisément de « confirmer une nouvelle étape de la relation UE-Balkans occidentaux, qui était dans une forme de stagnation et de désenchantement des deux côtés ».

Ces pays, coincés dans l’antichambre de l’UE depuis des années, ont souvent exprimé leur frustration face à un processus d’intégration long et exigeant, récemment encore en voyant le bloc accorder rapidement le statut de candidates à l’Ukraine et à la Moldavie. Mais la guerre en Ukraine a aussi rappelé l’importance pour les Européens de stabiliser cette région fragile du sud-est de l’Europe, d’y contrer l’influence de la Russie ainsi que celle de la Chine, qui a investi dans les infrastructures de ces pays.

A Bakhmout, un succès pour les Russes ?

Le président ukrainien n’est ainsi ce mardi qu’à 45 kilomètres de Bakhmout, que les forces russes tentent de conquérir depuis l’été au prix de destructions considérables, sans y parvenir pour le moment.

Moscou y a déployé non seulement des soldats, mais aussi le groupe paramilitaire Wagner qui a recruté des repris de justice. La prise de Bakhmout constituerait enfin un succès pour les Russes, qui, depuis l’automne, essuient les revers, forcés à des retraites dans le nord-est et le sud.

les commentaire

Laisser un commentaire