Derniées informations
prev next

Guerre en Ukraine : Moscou affirme avoir repoussé une « offensive de grande envergure » ukrainienne dans le Donbass…

Par Y.B.-- 05-Juin-2023 310

Combats dans la région de Belgorod

Outre l’attaque ukrainienne dans le Donbass annoncée par Moscou, des combats ont eu lieu dimanche dans la région russe de Belgorod, frontalière avec l’Ukraine, entre l’armée russe et des combattants russes pro-ukrainiens, selon le gouverneur régional.

« Un groupe de sabotage est arrivé, il y a des combats à Novaïa Tavoljanka », un village frontalier, a indiqué sur Telegram le gouverneur de la région Belgorod, Viatcheslav Gladkov. « J’espère qu’ils seront tous détruits ». Il a ajouté que les agresseurs, qualifiés de combattants russes engagés au côté de Kiev, avaient fait des prisonniers et proposé un échange.

L’envoyé du pape pour la paix en route pour l’Ukraine

Le cardinal italien Matteo Zuppi, auquel le pape François a confié une mission de paix en Ukraine, se rend lundi et mardi à Kiev pour des entretiens avec les autorités du pays, a annoncé le Vatican dans un communiqué. « L’objectif principal de cette initiative est d’écouter attentivement les autorités ukrainiennes concernant les possibles moyens de parvenir à une paix juste et de soutenir les gestes humanitaires qui contribuent à alléger les tensions », précise le communiqué.

Le pape François avait confié il y a quinze jours une mission de paix en Ukraine à Mgr Zuppi, issu de la communauté Sant’Egidio connue pour son travail au service de la diplomatie. Il avait demandé au cardinal Zuppi « d’aider à résoudre les tensions dans le conflit en Ukraine, avec l’espoir auquel le saint-père n’a jamais renoncé, que cela puisse ouvrir des chemins de paix », avait précisé le porte-parole du Vatican Matteo Bruni.

 Contre-offensive dans la région de Zaporojie ?

Un responsable d’occupation russe dans la région de Zaporojie, au sud de l’Ukraine, Vladimir Rogov, a affirmé que les forces ukrainiennes y avaient attaqué les positions russes lundi matin. « Ce matin, les forces ukrainiennes ont lancé une attaque, et de plus grande envergure qu’hier (…). La situation est alarmante », a-t-il indiqué, cité par l’agence officielle TASS.

Kiev affirme depuis des mois préparer une grande contre-offensive contre les forces russes. Dans une vidéo publiée dimanche, l’armée ukrainienne a semblé appeler les soldats à garder le silence et a déclaré qu’il n’y aurait pas d’annonce sur le début de cette offensive.

Depuis lundi matin, Kiev et Moscou se livrent une bataille de communication au sujet de la contre-offensive ukrainienne.

La Russie a affirmé, dans la nuit de dimanche à lundi, avoir repoussé dimanche une « offensive de grande envergure » ukrainienne dans le Donbass, sans que Kiev, qui annonce depuis des mois préparer une contre-offensive majeure, confirme dans l’immédiat avoir mené cette opération. Dans une vidéo publiée dimanche, l’armée ukrainienne a semblé appeler les soldats à garder le silence, et a déclaré qu’il n’y aurait pas d’annonce sur le début de l’offensive tant attendue.

« Laisser les Ukrainiens communiquer sur leur opération »

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, s’exprimant à New Delhi, a constaté des combats aux abords de Bakhmout et dans le sud de la région de Donetsk, sans se prononcer sur leur signification stratégique. « Je pense que la bonne chose à faire est de laisser les Ukrainiens communiquer sur leur opération », a-t-il déclaré.

Vers la grande contre-attaque

Offensives ciblées en plusieurs points de la ligne de front, frappes dans la profondeur, incursions sur le sol russe : l’armée ukrainienne et ses supplétifs testent crescendo le dispositif défensif de l’adversaire, signe que la grande contre-attaque se rapproche, estiment des experts. Une opération en vue de laquelle chars et autres blindés, artillerie ou missiles de longue portée occidentaux ont été livrés et une douzaine de nouvelles brigades formées, soit environ 40.000 hommes.

En parallèle, des forces russes pro-ukrainiennes multiplient depuis deux semaines raids et bombardements sur le sol russe, dans la région frontalière de Belgorod. « L’Ukraine gonfle ainsi artificiellement le kilométrage des zones de contact à surveiller, renforçant les logiques de dilemme imposé », note l’analyste militaire belge Joseph Henrotin, le rédacteur en chef de la revue spécialisée DSI. « Il n’est pas tant question » d’infliger des pertes aux forces russes que de « les + faire courir + » et d’influer sur leur moral mais aussi sur celui de la population russe, qui voit la guerre s’inviter dans son quotidien, poursuit l’expert.

Un effort ukrainien de « shaping »

De l’avis des experts, il existe un effort ukrainien de « shaping », un terme militaire anglais qui désigne le « modelage » du champ de bataille, tant au niveau tactique que psychologique, en vue d’établir un rapport de force favorable avant une attaque. « Une opération offensive qui vise à percer le front et planter le drapeau sur un objectif important est soit lancée par surprise, comme dans le cas de Kharkiv en septembre 2022, soit tout le monde sait que vous allez attaquer donc vous préparez l’opération en façonnant le champ de bataille », estime l’historien militaire français Michel Goya.

Kiev n’a « pas encore envoyé ses forces principales dans la bataille »

Alexandre Kots, un correspondant de guerre fidèle au Kremlin, a relevé que des combats étaient en cours depuis l’aube lundi dans la zone de Vougledar, dans le sud de la région de Donetsk, mais aussi plus au nord aux abords de Soledar et Bakhmout, villes occupées par les Russes après des mois de bataille sanglante.

Pour lui cependant, il ne s’agit pas encore d’un assaut d’envergure. « [Les Ukrainiens] n’ont pas encore envoyé leurs forces principales dans la bataille. Et quand ça arrivera, ça pourrait avoir lieu dans un tout autre secteur » du front, a-t-il noté.

Les forces ukrainiennes revendiquent des gains près de Bakhmout

L’Ukraine a confirmé mener des « actions offensives » dans certains secteurs du front, revendiquant des gains près de la ville dévastée de Bakhmout dans l’Est, tout en minimisant l’échelle de ces attaques que Moscou a affirmé avoir repoussées. « Le secteur de Bakhmout reste l’épicentre des hostilités. Nous y avançons sur un front assez large. Nous remportons des succès », a indiqué sur Telegram la vice-ministre ukrainienne de la Défense, Ganna Maliar.

Le village de Berkhivka repris par les Ukrainiens, selon Evgueni Prigojine

Le chef du Groupe Wagner a annoncé que les forces de Kiev avaient repris le contrôle de cette localité située à quelques kilomètres de Bakhmout. « C’est une honte », a ajouté Evgueni Prigojinesur Telegram, appelant le ministre de la défense russe, Sergueï Choïgou, et Valeri Guerassimov, chef d’état-major de l’armée russe, à « venir sur le front », pour « continuer à avancer »« Et si vous n’y arrivez pas, au moins, vous mourrez en héros », a conclu le chef du Groupe Wagner.

 Des radios piratées diffusent un faux discours de PoutinePlusieurs radios russes, victimes d’un « piratage », ont diffusé lundi un faux discours du président Vladimir Poutine faisant état d’une « invasion » ukrainienne et annonçant la mise en place d’une loi martiale dans les régions frontalières de l’Ukraine, ont indiqué les autorités russes.

Ce « discours » affirmant que « les forces ukrainiennes armées jusqu’aux dents (…) et soutenues par Washington ont envahi les régions de Koursk, Belgorod et Briansk », a été diffusé lundi sur les ondes de plusieurs radios dans ces territoires frontaliers de l’Ukraine, selon les autorités locales. La voix et le ton ressemblaient beaucoup à ceux du président russe. Le même message, attribué à Vladimir Poutine et repris sur quelques réseaux sociaux, annonçait la mise en place de la loi martiale dans ces régions, la prochaine signature d’un décret présidentiel sur la mobilisation générale en Russie et appelait les habitants locaux à évacuer.

Ce piratage est intervenu alors que les incursions et bombardements se multiplient depuis deux semaines dans la région de Belgorod où des combattants russes pro-ukrainiens attaquent les forces russes.

Evguéni Prigojine accuse l’armée russe de s’en prendre à WagnerLe chef de l’organisation paramilitaire Wagner a affirmé lundi avoir fait prisonnier un officier russe dont l’unité aurait attaqué ses hommes, une énième illustration des tensions entre ce groupe armé et les forces régulières russes.

« Une enquête est en cours et plusieurs faits ne peuvent pas être rendus publics mais je mets ici ce rapport initial et des preuves vidéo de ce qui s’est réellement passé là-bas », a dit Evguéni Prigojine, en conflit ouvert avec le commandement de l’armée régulière russe, dans un message audio accompagnant le texte. Les faits remonteraient au 17 mai dernier.

La Belgique demande des explications à l’Ukraine, alors que des armes belges auraient été utilisées en RussieLa Belgique va demander à Kiev des éclaircissements sur les informations faisant état de l’usage d’armes de fabrication belge en Russie par des combattants russes pro-Ukraine, a déclaré ce lundi le Premier ministre Alexander De Croo. « On demande aux Ukrainiens de nous éclaircir la situation », a-t-il expliqué à la radio publique belge, précisant avoir missionné pour cela la Défense et les services de renseignement.

« La règle est stricte, elle est claire ; nos armes fournies à l’Ukraine c’est pour des objectifs défensifs, pour [défendre] le territoire ukrainien », a ajouté le dirigeant libéral flamand. Il était interrogé sur une enquête du quotidien américain le Washington Post selon laquelle des armes et des blindés produits par des pays de l’Otan ont été découverts dans la région russe de Belgorod.

Des tigres évacués d’Ukraine et recueillis en Mayenne

Deux tigresses au parcours atypique sont arrivées en fin de semaine dernière au Refuge de l’arche (Mayenne), ce zoo pas comme les autres puisque spécialisé dans l’accueil d’animaux sauvages en captivité. Les deux félins, nommés Magnolia et Uvalisa, ont en effet été évacués d’urgence d’Ukraine, où ils ont été indirectement victimes de la guerre lancée par la Russie.

Cinq Etats de l’UE prolongent leurs restrictions sur les céréales ukrainiennes jusqu’au 15 septembre

Les restrictions imposées par cinq Etats de l’UE sur l’importation de céréales ukrainiennes pour protéger leurs agriculteurs pourront être prolongées jusqu’au 15 septembre, a annoncé lundi la Commission européenne, en dépit de l’opposition de Kiev et des résistances d’une partie des Vingt-Sept.

les commentaire

Laisser un commentaire

facebook

Algiers
23°
Mostly Cloudy
05:4020:07 CET
Feels like: 23°C
Wind: 5km/h SSW
Humidity: 93%
Pressure: 1012.19mbar
UV index: 0
MonTueWed
33/22°C
32/22°C
30/23°C