Derniées informations
prev next

Gaza: l’armée sioniste mène une frappe contre une école de l’agence UNRWA

Par A.D.-- 09-Juil-2024 0

L‘armée de l’occupant sioniste a frappé dans la nuit de lundi à mardi  “les structures d’une école dans la zone de Nousseirat”, dans le centre de la bande de Gaza, a rapporté l’agence de presse Palestinienne (WAFA).

Une source médicale à l’hôpital Al-Awda de Nouseirat a indiqué à l’agence que son établissement avait reçu plusieurs blessés à la suite d’une attaque contre une école de l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) des environs.

L’UNRWA a annoncé lundi que près de 300 000 de ses élèves dans la bande de Gaza n’étaient plus scolarisés depuis 9 mois.

L’UNRWA a ajouté, dans un message publié sur son compte sur la plateforme “X”, qu’elle “considère l’éducation comme essentielle, et avec plus de 700 écoles dans la région, l’agence atteint des centaines de milliers d’élèves”.

“Près de 300 000 de nos élèves à Gaza ne sont plus scolarisés depuis 9 mois”, a indiqué l’agence.

 Au moins 16 Palestiniens arrêtés par les  sionistes en Cisjordanie

Les forces d’occupation sionistes ont arrêté, dans la nuit de lundi à mardi, au moins 16 Palestiniens, dont des enfants et d’anciens prisonniers, dans différents gouvernorats relevant de la Cisjordanie occupée, a indiqué un communiqué conjoint publié par la Commission pour les affaires des prisonniers et le Club des prisonniers palestiniens.

Les arrestations ont été menées dans les gouvernorats de Ramallah, Qalqilya, El Khalil, Naplouse, Beit Lehm et Ariha et ont été accompagnées d’agressions et de menaces contre les détenus et leurs familles, en plus d’actes de sabotages et de destruction des maisons des Palestiniens, a ajouté la même source.

Le nombre total des arrestations, depuis le 7 octobre 2023, s’est élevé à 9.600, précise également le communiqué, notant que ce total comprend ceux qui ont été arrêtés à leur domicile, aux postes de contrôle militaires ainsi que ceux qui ont été contraints de se rendre sous la pression et ceux qui ont été retenus en otage.

Le bilan de l’agression sioniste s’alourdit à 38.243 martyrs

Le bilan de l’agression génocidaire sioniste contre la bande de Gaza s’est alourdi à 38.243 martyrs et 88.033 blessés, depuis le 7 octobre dernier, ont indiqué mardi les autorités palestiniennes de la santé.

Selon la même source, l’armée d’occupation sioniste a commis 3 massacres au cours des dernières 24 heures dans la bande de Gaza, faisant 50 martyrs et 130 blessés.

Les autorités palestiniennes de la santé ont indiqué qu’un certain nombre de victimes palestiniennes se trouvaient encore sous les décombres et sur les routes, et que les forces de l’occupation empêchaient les ambulances et les équipes de la Protection civile de leur porter secours.

Depuis le 7 octobre 2023, l’armée sioniste mène une agression sauvage contre l’enclave palestinienne qui a entraîné des destructions massives d’infrastructures, en plus d’une catastrophe humanitaire sans précédent.

L’Egypte réitère son rejet de toute alternative à l’UNRWA

Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Badr Abdel Aati, a déclaré que son pays n’acceptera pas et ne permettra pas d’alternative à l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA).

“L’UNRWA est l’une des plus importantes agences des Nations unies travaillant dans le domaine humanitaire, en particulier à la lumière des violations flagrantes observées dans les territoires palestiniens occupés”, a déclaré M. Abdel Aati lundi, à l’issue de son entretien avec le commissaire général de l’UNRWA, Philippe Lazzarini, en visite au Caire.

Il a souligné que “l’importance de l’UNRWA réside dans le fait que son rôle ne se limite pas à la bande de Gaza, mais s’étend plutôt à la prise en charge des affaires des réfugiés palestiniens à l’intérieur et à l’extérieur des territoires palestiniens occupés, que ce soit à Gaza, en Cisjordanie, en Jordanie, au Liban ou en Syrie”.

Abdel Aati a expliqué que “la suspension implique une complicité dans l’utilisation de la famine comme arme de punition collective, ce qui sape la crédibilité de l’ensemble du système international et multilatéral, tout en soulevant de nombreuses questions sur la politique de deux poids, deux mesures et l’application du droit international dans un cas tout en faisant body abstraction dans l’autre”.

Avant d’insister: “Le travail de l’UNRWA ne s’arrêtera pas tant que les réfugiés palestiniens n’auront pas obtenu leurs droits”.

Les enfants meurent d’une campagne de famine sioniste “intentionnelle et ciblée”

Les experts des droits de l’homme de l’ONU ont accusé mardi l’entité sioniste de mener une campagne de famine intentionnelle et ciblée” qui a entraîné la mort d’enfants à Gaza, en proie à des agressions sionistes barbares depuis neuf mois.

“Nous déclarons que la campagne de famine intentionnelle et ciblée contre le peuple palestinien est une forme de violence génocidaire et a entraîné une famine dans toute la bande de Gaza”, ont déclaré dix experts indépendants des Nations Unies, dans un communiqué, relayé par des médias.

Les experts ont énuméré les cas de trois enfants martyrs, récemment morts “de malnutrition et de manque d’accès à des soins de santé adéquats”.

“Trente-quatre Palestiniens sont morts de malnutrition depuis le 7 octobre, la majorité étant des enfants”, ont ajouté les experts, nommés par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, mais qui ne parlent pas au nom de l’ONU.

Un enfant Palestinien de six ans est décédé à cause de la famine, de déshydratation et du manque de fournitures médicales dans le centre de Gaza, avait rapporté dimanche l’agence de presse palestinienne, Wafa, citant des sources médicales, portant à 41 le nombre de victimes de malnutrition dans l’enclave.

Des sources médicales avaient précédemment annoncé qu’une cinquantaine d’enfants palestiniens souffraient de malnutrition et de famine dans le nord de Gaza.

Lundi, le Programme alimentaire mondial (PAM) a indiqué qu'”un demi-million de personnes dans la bande de Gaza sont confrontées à des niveaux de faim catastrophiques”.

Début juin dernier, le Bureau des médias à Gaza avait averti que plus de 3.500 enfants palestiniens confrontés à une malnutrition aiguë, risquaient de mourir à Gaza, “ce qui les expose à la mort, à des maladies infectieuses et retarde leur croissance et leur développement”.

Depuis le 7 octobre 2023, l’entité sioniste mène des attaques génocidaires contre la bande de Gaza, faisant des dizaines de milliers de martyrs, pour la plupart des femmes et des enfants, en plus d’une catastrophe humanitaire sans précédent et d’une destruction massive des infrastructures.

 

les commentaire

Laisser un commentaire