Derniées informations
prev next

ALGÉRIE/ POLITIQUE : 19e marche des étudiants à Alger : « Union nationale » et « libérez les détenus ! »

Par A.B.-- 02-Juil-2019 1102

ALGÉRIE/ POLITIQUE : 19e marche des étudiants à Alger : « Union nationale » et « libérez les détenus ! »

 

Des milliers d’étudiants ont marché ce mardi 2 juillet à Alger et dans plusieurs universités du pays. Le mot d’ordre ‘’Yatnahaw Gaa’’  « Dégagez tous ! » et surtout les deux nouveaux slogans ‘’ Union nationale » et « libérez les détenus ! » restent dominants malgré l’apparition, au grand jour, de divergences idéologiques et surtout la contre révolution.

Dans une organisation parfaite, la foule s’est lancée entourée d’un dispositif policier important. Mais malgré la forte présence policière, aucun incident notable n’a été enregistré. Cela contraste avec les dernières marches où la police a usé de violence à l’encontre des étudiants.

La marche du 19e mardi s’est ébranlée de la place des martyrs vers 10h 30. Les étudiants ont chanté l’hymne national avant de prendre le chemin de Bab Azzoun, en scandant « Kabyles et arabes sont frères, Gaïd Salah est avec les traîtres » et « le peuple veut une justice indépendante ».

D’une part, ceux qui portaient  une banderole géante sur laquelle il est écrit ‘’Badissia Novombaria’’ et de l’autre, des étudiants ayant dessiné le  (Z) de l’alphabet tifinagh sur leurs visages. Le différend est vite réglé au milieu des applaudissements de la grande majorité des étudiants.

Sur les pancartes brandies par les jeunes manifestants on pouvait lire « libérez les détenus ! ( arrêtés pour avoir porté le drapeau amazigh)», « le problème n’est pas dans le drapeau mais dans le gang », « dissolution du FLN et RND », « Y’en a marre de vos déclarations incendiaires », « Le drapeau amazigh ne porte pas atteinte à l’unité nationale, il est un symbole de liberté ».

Rue Hachemi Hamoud, la foule des marcheurs suivie de près par les forces de sécurité, appelle à la libération des détenus d’opinion, et en particulier le moudjahid Lakhdar Bouregâa. Des chants patriotiques fusent, repris en chœur par les manifestants.

Les marcheurs empruntent ensuite la rue Makhlouf Abdelkader. Ils réitèrent leur revendication pour une justice indépendante. Place Mohamed Touri près du TNA, les étudiants lancent un avertissement au gouvernement : « Ya h’na ya n’touma, dégage yal houkouma (ce sera nous ou vous, gouvernement dégage).

Arrivés à hauteur de la rue Larbi Ben M’hidi, les marcheurs annoncent : « 5 juillet kayen Tsunami (il y a aura un tsunami le 5 juillet) en référence à la marche du vendredi qui coïncidera avec la célébration de la fête de l’Indépendance.

Les dernières arrestations de manifestants révoltent les marcheurs. « Ces arrestations et cette agression de l’Etat sont un indice que la bête est en train de se débattre. Mardi dernier, on a revu les pratiques du système Bouteflika aux premiers jours du soulèvement citoyen du 22 février. Nous espérons que le mouvement estudiantin et plus généralement le mouvement citoyen maintiendront leurs marches pour arracher leur liberté », explique une étudiante. Pour les observateurs en géologie, la mobilisation des étudiants demeure encore intacte au grand dam de ceux qui ont misé sur son essoufflement.

« Les étudiants sont venus très nombreux. Il faut savoir que nous sommes en période d’examens et de soutenances mais nous sommes là. Nous maintenons notre marche », ajoute l’étudiante.

les commentaire

Laisser un commentaire