Derniées informations
prev next

Algerie – La ministre des Technologies et du Numérique déclare :  » une baisse des tarifs d’Internet dans 02 ans « 

Par kristoph Emile-- 16-Fév-2019 24

La ministre de la Poste, des télécommunications, des Technologies et du Numérique, Imane-Houda Faraoun a procédé, hier à Annaba, à la mise en service du nouveau câble sous-marin ‘‘MEDEX’’ et à l’inauguration de la nouvelle station d’atterrissement du câble sous-marin, située à Sidi-Salem, à 15 km de la plage qui abrite tous les équipements techniques nécessaires à son exploitation, en présence du PDG du Groupe Algérie Télécom (GTA), Ahmed Choudar, et du DG d’Algérie Télécom, Adel Khemane.
Le projet ‘‘MEDEX’’ raccorde le réseau au système sous-marin international, reliant les États-Unis à partir de l’Etat de Virginie, à l’Asie via la Méditerranée. Ce système renforcera la bande passante internationale par 200 Gb/s et sera extensible jusqu’à 8 Tb/s.
Fabriqué par l’entreprise française Alcatel-Lucent, le nouveau câble-marin est d’une longueur totale de 184 km en optique fibre, il permettra de gérer le flux d’internet entrant et sortant de l’Algérie, le transfert du DATA, augmentera la vitesse et le flux d’informations vers l’Algérie mais aussi augmentera les capacités de connexion à domicile et dans les entreprises. Le système intégral fonctionnel du câble sous-marin a coûté 32 millions dollars. Ce nouveau câble doublera et protégera efficacement les systèmes ‘‘ALPL2’’ et ‘‘SMW4’’, et offrira une diversité des points d’atterrissements à l’international et une meilleure connectivité «IP» aux peeting existants en Europe mais aussi offrira des services à très haut débit. Selon la ministre, ce câble alimentera le pays 25 ans durant et contribuera également à l’exportation de l’internet vers plusieurs pays africains, notamment les pays limitrophes. «Cela permettra au réseau national d’internet d’être entièrement sécurisé grâce à trois câbles marins différents», a souligné Imane-Houda Faraoun, assurant à cette occasion que c’est une fierté pour l’Algérie d’avoir réalisé ce projet capital qui prouve une fois de plus, selon elle, les «compétences» et le «professionnalisme» des techniciens et des ingénieurs d’Algérie Télécom.
La ministre appellera les sociétés privées à utiliser le réseau d’Algérie Télécom pour bénéficier d’un service de «qualité» et développer leur activité professionnelle. Elle affirmera cependant «qu’Algérie Télécom ne sera jamais privatisée et gardera sa souveraineté nationale». Le projet de système de câbles sous-marins reliant notre pays à l’Espagne (Oran et Alger à Valence), appelé le projet ‘‘ORVAL/ALVAL’’, sera pour sa part réceptionné en avril 2019 puisque les travaux du côté espagnol ont débuté la semaine passée tandis que ceux de l’Algérie sont complètement terminés avec le déploiement de 100% de la partie marine reliant Alger, Oran et Valence, et l’achèvement des trois stations d’atterrissement. La fin définitive des travaux et la mise en service de ce projet restent tributaires de la réalisation du raccordement qui devra durer quelques semaines, lui-même tributaire du consentement des autorités espagnoles. Ce système renforcera la bande passante internationale par 400 Gb/s et sera extensible jusqu’à 10 Tb/s. Ce second câble qui viendra «consolider» et «sécuriser» la connectivité en Algérie coûtera au Trésor public quelque 30 millions de dollars. Ces deux projets d’envergure visent en réalité tous les deux à offrir une connectivité «plus large, plus sécurisée, et résiliente» et à «soutenir» les ambitions économiques vers le continent africain mais aussi l’autonomie de la société publique. Il faut savoir également que le coût de ce nouveau projet ne se répercutera en aucun cas sur la facture du consommateur qui ne payera aucun supplément.
«Au contraire, les tarifs d’Intérêt seront revus à la baisse dans les deux prochaines années», a annoncé Imane-Houda Faraoun qui a indiqué que tous les moyens matériels et humains ont été mis en place pour «assurer» la formation continue des personnels au niveau de deux instituts nationaux relevant du secteur, rappelant la formation, en 2018, de quelque 7.000 employés issus du réseau de télécommunications algérien

les commentaire

Laisser un commentaire