Derniées informations
prev next

ALGÉRIE/POLITIQUE :  BRÈVES DU VENDREDI 14

Par Y.B.-- 24-Mai-2019 42

ALGÉRIE/POLITIQUE :  BRÈVES DU VENDREDI 14

 

 « Les pratiques du pouvoir annoncent les prémisses de la continuité du système », estime la LADDH

 Alger, décès d’un manifestant victime d’une crise cardiaque

Cet homme disait «je n’ai raté aucune marche, je continuerai jusqu’à mon dernier souffle»
Lui C’est Nabil Asfirane,45 ans, père de 3 enfants, il est décédé cet après midi dans la marche à Alger des suites d’une crise cardiaque

Un rassemblement d’Algériens a été organisé vendredi après-midi à Paris près de l’ambassade d’Algérie en France pour exiger le départ « immédiat » du régime et l’instauration d’un Etat de droit.

-Les Algériennes et les Algériens sortis à nouveau ce vendredi, le 14e depuis le 22 février, ont scandé des slogans et brandi des pancartes et banderoles pour dire non aux élections présidentielles du 4 juillet, non à l’instauration du régime militaire à l’égyptienne et hostiles au chef de l’Etat Major de l’armée, Ahmed Gaid Salah.

-Blida : imposante marche contre le régime. Les manifestants réclament le départ des B et de la îssaba.

-Aïn Témouchent : la mobilisation est loin de s’essouffler malgré le Ramadan. Des milliers de manifestants ont investi la rue. « Nous dénonçons haut et fort notre rejet de la dictature que veut imposer le pouvoir à travers le maintien des élections et son refus de répondre aux revendications du peuple », déclare un des manifestants.

Mostaganem : importante mobilisation de la population.

-Imposante marche à Saida contre le système et la bande.

– A Bouira manifestation a été aussi grandiose comme les vendredi passés sous un ciel clément incitant les manifestants à être encore plus nombreux.

– La mobilisation ne faiblit pas en ce 14e vendredi de mobilisation populaire pour le départ  du système et de toutes ses figures. Dans certaines villes du pays, les manifestations étaient encore plus impressionnantes ce vendredi, selon des sources locales.

– A Alger, les manifestants ont décidé de marcher vers la place des Martyrs.

-Alger, la place des martyrs noire de monde, une première depuis le 22 février.

– A Oran les premiers manifestants commencent à descendre dans la rue pour la marche hebdomadaire sous un ciel gris trés favorable en ce vendredi, le troisième du mois de Ramadhan.

– Skikda : des milliers de manifestants dans la rue pour réclamer le départ du système.

– Imposante manifestation à Sétif.

-Annaba : imposante manif contre le système.

-Chlef : sous un soleil de plomb, des milliers de manifestants ont battu le pavé ce vendredi pour dénoncer « l’entêtement du régime à se maintenir au pouvoir ». « Non aux élections du 4 juillet », ont scandé à l’unisson les manifestants qui se disent « déterminés à poursuivre ce combat pacifique jusqu’à la restitution de la souveraineté au peuple ».

– Tiaret : des milliers de manifestants marchent en ce moment dans les rues. « Non aux élections du 4 juillet », lancent les manifestants qui réclament « un Etat civil ».

 El Tarf : le message d’un manifestant à Gaid Salah.

-Jijel : Imposante marche contre le régime et  les présidentielles du 4 juillet.

-Alger, 14e, vendredi : les manifestants au RDV, malgré un dispositif policier impressionnant.

-Alger, la mobilisation populaire met en échec la tentative d’interdire la manifestation.

-Alger,  de Me Mustapha Bouchachi parmi les manifestants à la grande poste.

-Samir Belaarbi parmi les manifestants  à Alger

-Le dispositif policier cède devant l’arrivée progressive des manifestants à Alger même les dizaines de fourgons dressés devant le parvis de la grande poste restent sur place. Les manifestants scandent « dawla madania machi aaskiria »(état civil et non militaire).

-Alger, des manifestants scandent des slogans hostiles à Gaid Salah.

 Alger, toutes les générations sont présentes pour le 14e vendredi.

-Alger : la manifestation commence à prendre de l’ampleur après un début tendu marqué de nombreuses interpellations.

-Des manifestants commencent à se rassembler  non loin de la grande poste, déclarée interdite aux manifestations. Ils scandent « Makanche El Intikhabate ya Issabete » « pas d’élection les bandes

Mouvement populaire : Le 14e vendredi de mobilisation (Vidéos)

-Quelques manifestants à la Rue Didouche Mourad mais ils sont silencieux.

-Alger, impressionnant déploiement de la police.

-La place de la Grande poste à 10h25. Impressionnant dispositif policier. Absence de manifestants contrairement aux précédents vendredis, à cause des interpellations massives opérées depuis ce matin. interdiction de prendre des photos, même pour les journalistes.

NOUAR OUALI député RCD : « En cette matinée de vendredi 14ème marche contre le système. Arrivée à la porte d’Alger, le dernier barrage de la police , a retiré les papiers des véhicules. Regroupant la député Nora Ouali ainsi que d’autres citoyens. ces derniers nous ont orienté vers la sûreté urbaine de ruisseau sous escorte. Arrivé sur les lieux l’officier refuse d’ informer sur les raisons de notre Arrestation. Après maintes tractations ses derniers nous informent que les Instructions viennent d’en haut , après quelque minutes, il nous suggère de laisser partir les femmes, et de retenir les hommes. Bien sûr nous avons refusé, ce dernier nous dit d’attendre le chef. Nous déplorons ce comportement indigne et anticonstitutionnel, ces actes nous ramènent à l’époque de la dictature des années 70. A ce genre de comportement nous disons #système dégage », écrit la députée du RCD Nora Ouali .

– Alger : la police arrête toute personne en possession d’un drapeau ou d’une pancarte.

– Les policiers patrouillent dans des véhicules et interpellent les manifestants autour de la Grande Poste et dans le centre-ville.

« Grave. À l’instant à Alger, les services de police empêchent toute personne de manifester et de s’approcher de la grande poste. Des  patrouilles sillonnent la ville et interpellent toute personne suspectée de rejoindre en marche. Alger bouclé, il semble qu’ils veulent interdire la marche pacifique. Des le matin, un impressionnant dispositif est mis et en place autours de la grande poste, plusieurs interpellations on eu lieu, la police patrouille et procédé au vérification et interpellent de toute personne étrangère à Alger », écrit sa page facebook, le vice-président de  Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme, Said Salhi.

-Alger ce Matin.le système ne resistent pas,
En panique, le système n’a pas résisté trop, vite il reprends sa nature et dévoile son vrai visage. Voici le coup de force qui s’installe, voici l’Algérie qu’ils nous promettent, celle de l’interdit et de l’étouffement des liberté. Ce matin à Alger, retour aux pratiques que nous croyons révolue avec le mouvement du 22 février qui s’est révolté justement contre tout cela. Les libertés de manifestations pacifiques et publiques, sont les premiers acquis arrachées par le mouvement que le système tente de reprendre aujourd’hui. L’interdiction de la marche avant même l’heure prévue à 14h est un signe de mauvaise volonté du système, une provocation de plus. Restons mobilisés, solidaires et surtout calme et pacifiques, et sortons en masse à 14h pour dénoncer la dictature et crier fort notre aspiration au chz germent du système, rien n’arrêtera la détermination du peuple en marche vers sa liberté et sa dignité.
Said SALHI.

– Un impressionnant dispositif policier est mis en place autour de la Grande Poste, plusieurs vérifications et interpellations ont eu lieu.

– Des barrages des services de sécurité aux portes de la capitale filtrent les véhicules portant des plaques d’immatriculation autre que celles numérotées à Alger comme chaque vendredi de mobilisation populaire pour le départ total du système en place.

Dans une vidéo postée sur Facebook, des citoyens à bord des véhicules immatriculés à Béjaia, dont leur nombre n’a pas été précisé, ont été sommés par des policiers à l’entrée Est d’Alger  de les suivre vers le commissariat de Ruisseau sans leur fournir le moindre motif justifiant l’attitude des policiers.

Dans un mes sage posté sur Facebook, Athmane Mazouz, cadre au Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD) fait état d’interpellations parmi les personnes venues manifester à Alger.

« De nombreuses interpellations sont opérées par les services de sécurité depuis ce matin dont font partie des élus et la députée Nora Ouali. Gaïd Salah exécute l’état de siège sur Alger annoncé à travers son discours par la nouvelle gestion des marches populaires. La dérive autoritaire en cours est une escalade dangereuse qui discrédite davantage l’institution militaire à travers son intrusion assumée dans l’empêchement des marches et de l’expression pacifiques et populaires » écrit le député  et secrétaire national chargé aux élus du RCD.

-« Descente policière à Alger centre. Les forces de la police en uniforme et en civile procèdent depuis ce matin à l’interpellation de toute personne qui porte le drapeau ou une pancarte. C’est de la chasse aux manifestants. Nous dénonçons ce coup de force et ces interpellations. La lutte pacifique continue. Les militants, Samir larabi du PST et Hmimi Bouider du FFS arrêtés et embarqué avec une vingtaine de personnes dans le fourgon de police », écrit RAJ sur sa page Facebook.

 

les commentaire

Laisser un commentaire