Derniées informations
prev next

ALGÉRIE/ POLITIQUE: Belkacem Zeghmati : Le retour triomphant de l’homme qui a voulu coffrer Issaba

Par A.D.-- 31-Juil-2019 902

ALGÉRIE/ POLITIQUE: Belkacem Zeghmati : Le retour triomphant de l’homme qui a voulu coffrer Issaba

La nomination, aujourd’hui mercredi, de Belkacem Zeghmati à la chancellerie constitue une belle revanche d’un homme qui aura tenu tête au régime de Bouteflika  et son ministre de la justice, Tayeb Louh, qui a fini par avoir sa tête.

Ce magistrat inflexible a été en effet la victime du tout puissant Louh qui aussitôt après avoir pris ses fonctions le 11 septembre 2013, à la tête du secteur de la justice, a mis «l’encombrant» procureur général d’Alger dans son collimateur.

Et pour cause ! Zeghmati eut l’audace 20 jours avant la nomination de Louh soit le 12 août 2013, de lancer publiquement via une conférence de presse, un mandat d’arrêt international contre Chakib Khelil, ses enfants et son épouse ainsi que son ami Farid Bedjaoui dans le cadre de l’affaire Sonatrach II.

Ce fut un crime de lèse majesté pour Tayeb Louh et tout le système Bouteflika dont Khelil était une pièce maitresse tant il avait le contrôle des sous et des dessous du secteur des hydrocarbures.

Le nouveau ministre de la justice a tôt fait de sauver le soldat Chakib Khelil qui s’était déjà taillé chez lui aux Etats Unis à partir d’Oran, en inventant un incroyable vice de forme qui rendait nulle et non avenue la procédure judicaire.

Depuis, Belkacem Zeghmati savait qu’il était dans l’œil du cyclone comme l’a été le ministre de la justice Mohamed Charfi qui a été sacrifié.

Rancunier, Tayeb Louh a fini par avoir la tête de Belkacem Zeghmati et tenté de noircir son CV en faisant coïncider son limogeage de son poste de procureur prés la Cour d’Alger avec celui du…général Toufik.

Louh VS Zeghmati

C’était le 13 septembre 2015. Le message subliminal de cette curieuse coïncidence est évident : Zeghmati serait le poulain de l’ex patron déchu du DRS dont les  enquêtes sur Chakib Khelil ont été menées par ses services.

Belkacem Zeghmati  a donc été renvoyé de son poste prestigieux à la Cour d’Alger pour y être placé second à la Cour de Blida. Une humiliation.

Ironie du sort, il sera rappelé le mois de mai dernier au même poste qu’il occupait à Alger en plein chassé croisé d’anciens hauts responsables dont des ex Premier ministres, au tribunal de Sidi M’hamed pour ses soupçons de corruption et d’abus de fonctions.

La nomination de Zeghmati en qualité de ministre de la justice, lui qui a la réputation d’être la «bête noire» des corrompus, souligne la volonté de poursuivre la série noire de la maffia qui a gangréné le pays.

Et par un incroyable retournement de l’histoire, Tayeb Louh qui a mené la vie dure à Belkacem Zeghmati, pourrait se retrouver bientôt derrière les barreaux tandis que son «meilleure ennemi», connait une ascension fulgurante.

Quant au rôle que jouera le nouveau ministre dans le contexte actuel, il faut attendre les actes pour en juger.

Il est en revanche quasiment sûr que l’affaire Khelil va être relancée et tous les autres dossiers scabreux de corruption bâclés  rouverts.

les commentaire

Laisser un commentaire