Derniées informations
prev next

Guerre en Ukraine : Plus de 6 370 hommes, femmes et enfants civils ont été tués depuis le début de l’invasion russe, selon l’ONU

Par S.B.-- 25-Oct-2022 0

 

Selon le rapport mensuel du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH), les huit premiers mois de guerre ont causé la mort d’au moins 6 374 civils en Ukraine, dont 402 mineurs, et en ont blessé au moins 9 776, dont près de 750 mineurs.

Le Donbass est la zone la plus affectée, puisque le HCDH dénombre, dans les oblats de Donetsk et de Louhansk, 3 788 civils tués et 5 111 civils blessés.

Le HCDC précise que « la plupart des victimes civiles enregistrées ont été causées par l’utilisation d’armes explosives à grande portée, comprenant les bombardements d’artillerie lourde, les lance-roquettes multiples, les missiles et les frappes aériennes ».

Mais, pour le Haut-Commissariat, ces chiffres sont en deçà de la réalité, puisqu’il explique ne pas avoir eu confirmation de nombreux rapports, notamment à Marioupol (région de Donetsk), Izioum (région de Kharkiv), Lyssytchansk, Popasna et Sievierodonetsk (région de Louhansk), « où il y a des allégations de nombreuses pertes civiles ».

Combattre la « propagande russe »

Le ministre des Affaires étrangères ukrainien a terminé un briefing avec des médias internationaux ce mardi. Kiev continue à communiquer un maximum à l’extérieur de ses frontières. « Nous tenons le monde au courant et ne laisserons pas la propagande russe réussir », prévient Dmytro Kuleba sur Twitter.

Offensives russes vers Bakhmout

L’armée ukrainienne a de son côté fait état d’offensives russes en direction de Bakhmout, située dans le nord de la région, et de la ville Avdiïvka, une cinquantaine de kilomètres plus au sud. Lundi, les troupes ukrainiennes ont repoussé les attaques russes près de dix localités dont Bakhmout dans les régions de Donetsk et Lougansk (est).

En septembre, l’armée ukrainienne avait repris des milliers de kilomètres carrés dans le Nord-Est et le sud dans le cadre d’une contre-offensive réussie. Depuis les combats se sont largement concentrés dans l’est du pays, tout en se poursuivant autour de Kherson (sud).

Sept civils tués à Bakhmout

Sept civils ont été tués et trois autres blessés lundi à Bakhmout, ville de la région de Donetsk, dans l’est de l’Ukraine, qui est depuis des mois le théâtre d’intenses combats avec l’armée russe, annonce le chef de l’administration militaire régionale de Donetsk, Pavlo Kvtylenko, sur Telegram. Trois corps de civils tués plus tôt ont, par ailleurs, été découverts dans deux localités de la région, a-t-il précisé.

L’armée ukrainienne a, en outre, fait état d’offensives russes en direction de Bakhmout, située dans le nord de la région, et de la ville d’Avdiïvka, une cinquantaine de kilomètres plus au sud. Lundi, les troupes ukrainiennes ont repoussé les attaques russes près de dix localités, dont Bakhmout, dans les régions de Donetsk et Louhansk.

Le président allemand en visite surprise à Kiev pour rencontrer Volodymyr Zelensky

Le président allemand, Frank-Walter Steinmeier, est arrivé à Kiev pour une visite surprise aujourd’hui. Il s’agit de sa première visite en Ukraine depuis le 24 février. Il devait s’y rendre la semaine dernière, mais le voyage a été reporté en raison d’une série d’attaques russes.

A son arrivée, il a déclaré : « Mon message aux Ukrainiens est que nous ne sommes pas seulement à vos côtés, nous continuerons à soutenir l’Ukraine économiquement, politiquement et militairement », rapportent les média allemands.  Il s’agit d’« adresser un signe de solidarité aux Ukrainiens, surtout pendant cette phase de frappes aériennes par des drones, des missiles de croisière et des roquettes ». S’adressant à ses concitoyens, il a ajouté : « Le peuple ukrainien a besoin de nous. »

M. Steinmeier va se rendre dans la petite ville de Korjukiwa qui avait été occupée par les troupes russes. Cette ville qui est maintenant libérée doit faire face au froid, alors que ses infrastructures sont détruites. Le président allemand va fournir de l’aide à la commune pour ses infrastructures énergétiques. M. Steinmeier va prendre la direction du parrainage, avec le président ukrainien, du réseau de jumelage de villes allemandes et ukrainiennes. « Plus il y aura de parrainages, plus ce sera facile de passer l’hiver et de construire ensemble un avenir européen », a-t-il dit.

Hier à Berlin, M. Steinmeier a reçu au palais présidentiel le nouvel ambassadeur ukrainien en Allemagne, Oleksii Makeiev, et son épouse, Olena Makeieva.

Moscou réaffirme ses craintes d’une « sale bombe » ukrainienne, par la voix de son ministre des affaires étrangères

C’est au tour de Sergueï Lavrov, le ministre des affaires étrangères russe, de faire part de ses inquiétudes quant à la possible fabrication et utilisation par l’Ukraine d’une « bombe sale », un engin constitué d’explosifs conventionnels entourés de matériaux radioactifs destinés à être disséminés lors de l’explosion.

M. Lavrov a assuré, lundi lors d’une conférence de presse à Moscou, qu’« il y a de sérieux soupçons indiquant que de telles choses puissent être planifiées »

« Bien sûr, nous voyons la réaction des médias occidentaux. Elle ne nous surprend pas. Elle va dans le sens d’un soutien inconsidéré à leur protégé Zelensky, lui fournissant son indulgence pour toute action russophobe, non seulement en paroles, mais dans le bombardement de cibles civiles, de populations civiles », a ajouté le chef de la diplomatie russe. « Nous réglerons le problème de la bombe sale jusqu’au bout. Nous avons tout intérêt à empêcher une si terrible provocation », a-t-il encore assené.

Moscou a formulé pour la première fois ces accusations dimanche lors de conversations téléphoniques entre le ministre de la défense russe, Sergueï Choïgou, et ses homologues américain, français, britannique et turc. Paris, Londres et Washington ont fustigé ensemble lundi des déclarations « fausses » de Moscou. « Personne ne serait dupe d’une tentative d’utiliser cette allégation comme prétexte à une escalade », ont-ils insisté dans une déclaration commune.

« Bombe sale » ou « arme nucléaire tactique »

John Hudson, journaliste au Washington Post, a obtenu la lettre envoyée par la Russie au Conseil de sécurité de l’ONU sur les « bombes sales » ukrainiennes. « Les affirmations contenues dans la lettre, que les responsables américains et occidentaux qualifient d’absurdes, indiquent que le gouvernement ukrainien ferait exploser la bombe sale pour ensuite imputer l’explosion à une arme nucléaire tactique russe », écrit-il.

Les accusations russes de « bombe sale » au menu du Conseil de sécurité de l’ONU

Le Conseil de sécurité de l’ONU discutera ce mardi à huis clos des accusations de la Russie, qui a assuré que l’Ukraine fabriquait une « bombe sale », allégations balayées par Kiev et les Occidentaux, a-t-on appris de sources diplomatiques.

Cette discussion se tiendra à l’initiative de la Russie, dont l’ambassadeur à l’ONU Vassili Nebenzia a envoyé une lettre au Conseil de sécurité et au secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres répétant les accusations de « provocation » de l’Ukraine.

Moscou a évoqué pour la première fois ces accusations dimanche lors de conversations téléphoniques entre le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou et ses homologues américain, français, britannique et turc, évoquant « d’éventuelles provocations de la part de l’Ukraine avec recours à une “bombe sale” ».

Explosion d’une voiture à Melitopol

D’après le média d’opposition biélorusse Nexta, une voiture a explosé à Melitopol, une ville située dans l’oblast de Zaporojie. L’explosion aurait provoqué plusieurs blessés et se serait déroulée près du bureau d’une société de télévision, ZaTv, une chaîne de propagande russe. Pour le moment, la thèse accidentelle n’a pas été écartée et personne n’a revendiqué cette explosion.

86 % des Ukrainiens sont contre les négociations avec la Russie

86 % des Ukrainiens sont contre les négociations avec la Russie, selon une enquête de l’Institut international de sociologie de Kiev menée du 21 au 23 octobre. 71 % des personnes interrogées sont tout à fait d’accord et 15 % sont plutôt d’accord pour que l’Ukraine poursuive sa résistance armée.

Sergueï Lavrov, le ministre des affaires étrangères russe, a réaffirmé, lundi, les craintes de Moscou quant à la possible fabrication et utilisation par l’Ukraine d’une « bombe sale », un engin constitué d’explosifs conventionnels entourés de matériaux radioactifs destinés à être disséminés lors de l’explosion. « Nous réglerons le problème de la bombe sale jusqu’au bout », a déclaré le chef de la diplomatie russe.

Macron et Scholz vont tenter de relancer le moteur franco-allemand mercredi à l’ElyséeLe président français Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz vont tenter de relancer la coopération bilatérale, plombée par une série de différends, lors d’un déjeuner de travail mercredi à l’Élysée. « Après leurs échanges à Berlin le 3 octobre et en amont du Conseil européen le 20 octobre, les deux dirigeants poursuivront leur discussion en matière de défense, d’économie et d’énergie afin de renforcer les coopérations franco-allemandes », a indiqué mardi l’Élysée.

« Ils reviendront tout particulièrement sur les défis communs que nos pays devront affronter dans la décennie à venir et sur la meilleure manière d’y répondre de façon unie et solidaire », a souligné la présidence française. Solidarité européenne face à la flambée des cours énergétiques, nucléaire, armement européen… Rien ne va plus entre les deux premières économies européennes, censées être le moteur de l’Union.

A tel point que le Conseil des ministres franco-allemand prévu mercredi dans le cadre prestigieux du château de Fontainebleau, près de Paris, et qui devait être le premier pour Olaf Scholz, a dû être reporté de plusieurs semaines.

L’explosion à Melitopol dans le Sud-Est aurait fait six blessés

Une forte explosion s’est produite mardi à Melitopol, ville sous occupation russe dans le sud-est de l’Ukraine, faisant six blessés, dont un enfant de 12 ans, a annoncé la police locale dans un communiqué.

« Six civils, dont un enfant de 12 ans, ont été blessés » dans « l’explosion d’une voiture à Melitopol près du bâtiment de la holding de médias “ZaMedia +” », a déclaré dans une vidéo publiée sur Telegram un responsable de la police locale, Andreï Jidkov.

Plus tôt dans la journée, les autorités d’occupation prorusses avaient indiqué que « cinq personnes avaient été légèrement blessées » dans cette explosion qui a fait voler en éclats les vitres et les portes sur plusieurs étages du bâtiment, selon cette source. L’un des blessés a été hospitalisé, ont précisé les autorités dans un communiqué.

Moscou favorable à une zone sécurisée autour de la centrale

Moscou est globalement favorable à la création d’une zone sécurisée autour de la centrale nucléaire de Zaporojie en Ukraine, a déclaré ce mardi Mikhail Ulyanov, l’ambassadeur de Russie auprès des institutions internationales. « L’essence [de la proposition de l’AIEA] est que vous ne pouvez pas tirer depuis le territoire de la centrale nucléaire et vous ne pouvez pas tirer sur la centrale. Une idée tout à fait raisonnable, que nous soutenons globalement. La question, comme toujours, est dans les détails », a-t-il expliqué.

L’Ukraine doit gagner la guerre, déclare le nouveau Premier ministre britannique Rishi Sunak

Le nouveau Premier ministre britannique Rishi Sunak a dénoncé mardi lors de sa première intervention à Downing Street « la guerre terrible » menée par la Russie en Ukraine, apportant son soutien à Kiev pour la gagner. Il a qualifié l’invasion lancée en février de « guerre terrible qui doit se terminer par un succès ».

 

 

les commentaire

Laisser un commentaire