Derniées informations
prev next

Guerre en Ukraine: L’Est résiste encore

Par Y.B.-- 27-Mai-2022 0

Entre 12 000 et 13 000 habitants toujours à Sievierodonetsk, dont il devient presque impossible de partir

Après plusieurs semaines de frappes sur Sievierodonetsk, l’encerclement de la ville semble près d’être achevé. Un responsable policier de la république séparatiste prorusse de Louhansk, cité par l’agence RIA Novosti, affirme vendredi que « Sievierodonetsk est actuellement encerclée », et que les troupes ukrainiennes ont perdu toute possibilité d’en sortir. Le chef de l’administration ukrainienne de la ville, Oleksandr Striouk, a cependant démenti un encerclement total, tout en reconnaissant une situation « très difficile ».

Au moins cinq civils tués en vingt-quatre heures dans la région de Louhansk, dans l’Est

Au moins cinq civils ont été tués en vingt-quatre heures dans la région de Louhansk, dans l’est de l’Ukraine, a annoncé vendredi matin le gouverneur de la région, Serhi Haïdaï. Quatre civils ont été tués à Sievierodonetsk, où cinquante immeubles y ont, par ailleurs, été endommagés, a-t-il précisé. Un homme a aussi été tué par un obus à Komychouvakha, à 50 kilomètres de Sievierodonetsk.

« Une dizaine de morts » dans une frappe russe sur un terrain militaire à Dnipro, selon un responsable ukrainien

« Une dizaine » de personnes ont été tuées et une trentaine blessées dans une frappe russe vendredi sur un terrain militaire à Dnipro, grande ville industrielle du centre-est de l’Ukraine, a annoncé le responsable de la défense territoriale de la ville. « Des missiles Iskander ont frappé un champ de manœuvre de la garde nationale. On déplore une dizaine de morts et entre 30 et 35 blessés », a déclaré Guennadi Korban à la chaîne locale Dnipro TV.

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a accusé jeudi la Russie de pratiquer un « génocide » dans le Donbass, dans l’est du pays. La Russie pratique la « déportation » et « les tueries de masse de civils » dans le Donbass, a affirmé M. Zelensky dans son adresse télévisée quotidienne. « Tout ceci […] est une politique évidente de génocide menée par la Russie », a-t-il accusé.

De nouveaux corps récupérés dans les décombres d’un immeuble de Marioupol

Environ 70 corps ont été découverts dans les décombres d’un ancien bâtiment industriel dans la ville de Marioupol, occupée par les Russes, a déclaré Piotr Andriouchtchenko, un assistant du maire de la ville sur Telegram. Les corps ont été trouvés par des secouristes russes et transportés dans une fosse commune, a ajouté Piotr Andriouchtchenko. Il a précisé qu’il s’agissait de civils qui ont été piégés dans un bâtiment qui s’est effondré après des bombardements. « Aucune identification n’a été effectuée compte tenu de l’état des corps », a-t-il ajouté.

L’Eglise orthodoxe d’Ukraine rompt avec la Russie

L’Eglise orthodoxe ukrainienne, jusqu’ici affiliée à Moscou, a annoncé rompre avec la Russie après que cette dernière a envahi l’Ukraine. « Nous ne sommes pas d’accord avec le patriarche moscovite Kirill (…) en ce qui concerne la guerre en Ukraine », a expliqué dans un communiqué l’Eglise ukrainienne, à l’issue du concile consacré à « l’agression » contre son pays qui a prononcé « la pleine indépendance et l’autonomie de l’Eglise orthodoxe ukrainienne ».

Embargo sur les ventes d’armes à la Russie: la France a-t-elle enfreint l’interdiction?

Des militaires ukrainiens ont découvert des chars russes équipés d’un système de visée nocturne fourni par l’industriel français Thales. Or, depuis le 1er août 2014, suite à l’annexion de la Crimée, l’Union européenne impose un embargo sur les armes à destination de la Russie. La clause dite du “grand-père” permet toutefois d’exécuter des contrats passés avant cette date sans enfreindre l’embargo.

 Les séparatistes disent avoir conquis la localité clé de Lyman dans le Donbass

Les séparatistes prorusses de Donetsk ont affirmé vendredi avoir conquis la localité de Lyman, dans la région de Donetsk (Donbass), un important noeud ferroviaire qui ouvre la route vers les grandes villes de Sloviansk et Kramatorsk. Sur son compte Telegram, l’Etat-major de la défense territoriale séparatiste de Donetsk a indiqué avoir “pris le contrôle complet” de Lyman avec le soutien des forces armées russes.

Près de 9000 engins militaires russes détruits, selon les autorités ukrainiennes

Comme tous les jours, le ministère de l’Intérieur ukrainien a publié un bilan des dégâts matériels infligés par l’armée ukrainienne à la Russie. Selon eux, près de 9000 engins (bateau, avion, lance-missile…) ont été détruits depuis le début du conflit. Près de 30.000 soldats russes auraient été tués.

Il est difficile de s’assurer de la véracité de ces chiffres, d’autre part, le ministère ne donne pas les dégâts infligés par Moscou à l’armée ukrainienne.

La « guerre totale » de l’Occident contre la Russie va durer longtemps, selon Moscou

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a dénoncé vendredi « une guerre totale » occidentale contre la Russie et estimé que celle-ci allait durer « longtemps ».

« Les Etats-Unis et leurs satellites doublent, triplent, quadruplent leurs efforts pour endiguer la Russie, en utilisant un instrumentaire très large : en commençant par les sanctions économiques unilatérales jusqu’à une propagande profondément mensongère dans l’espace médiatique mondial », a martelé le ministre lors d’une réunion avec des responsables de régions russes, dénonçant une « russophobie sans précédent ».

Il s’en est aussi pris à « la culture dite de “l’annulation” » (« cancel culture » en anglais), assurant que les Occidentaux interdisaient les classiques : Tchaïkovski et Dostoïevski, Tolstoï, Pouchkine.

La Russie va expulser cinq diplomates croates

La Russie a annoncé, jeudi, l’expulsion de cinq diplomates croates en représailles de celle de 24 Russes, décidée en avril par Zagreb.

Le ministère des affaires étrangères russe a dit avoir « protesté » auprès de l’ambassadeur croate contre le fait que son pays ait accusé la Russie de « crimes de guerre en Ukraine ». Il accuse aussi Zagreb de « soutenir militairement le régime néonazi de Kiev ».

La Russie prête à discuter d’un échange de prisonniers, affirme le chancelier autrichien

A l’issue d’un échange téléphonique de quarante-cinq minutes avec Vladimir Poutine, Karl Nehammer, le chancelier autrichien, qui s’est rendu en Russie le mois dernier pour s’entretenir avec le président russe, a déclaré que le dirigeant russe s’était dit prêt à discuter d’un échange de prisonniers avec l’Ukraine. « Est-il vraiment prêt à négocier ? C’est une question complexe », a-t-il ajouté.

Le Kremlin déclare que les déclarations de Kiev lors des négociations de paix sont « constamment contradictoires »

Le Kremlin a imputé, vendredi, le gel des pourparlers de paix à l’Ukraine, expliquant que les revendications de Kiev manquaient de clarté. Lors d’un échange téléphonique avec des journalistes, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré que « les dirigeants ukrainiens [faisaient] constamment des déclarations contradictoires. Cela ne nous permet pas de comprendre pleinement ce que veut la partie ukrainienne ».

Le président de l’Ukraine, Volodymyr Zelensky, a de son côté affirmé avoir essayé à plusieurs reprises d’organiser une rencontre avec le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, pour mettre fin à la guerre, mais que cette dernière ne semblait pas encore prête à entamer des pourparlers de paix sérieux.

« Il y a des choses à discuter avec le dirigeant russe. Je ne vous dis pas que… notre peuple est impatient [que je décide] de lui parler, mais nous devons faire face aux réalités de ce que nous vivons », a déclaré M. Zelensky dans un discours vendredi à un groupe de réflexion indonésien. « Qu’est-ce que nous voulons de cette réunion ?… Nous voulons reprendre nos vies… Nous voulons retrouver la vie d’un Etat souverain sur son propre territoire », a-t-il ajouté.

Les dernières négociations de paix en face à face remontent au 29 mars. Les contacts se sont poursuivis à distance pendant un certain temps, mais les deux parties affirment désormais qu’ils ont cessé.

Des élus communistes appellent à arrêter l’offensive en Ukraine

Des élus communistes de la région de Primorié, dans l’Extrême-Orient russe, ont demandé, vendredi, lors d’une réunion de l’Assemblée locale, l’arrêt de l’offensive en Ukraine, avant de se voir privés de droit de vote.

C’est la première fois qu’une telle initiative est lancée par des élus du Parti communiste, formation qui soutient l’assaut lancé sur l’ordre du président Vladimir Poutine le 24 février.

Lors de cette réunion, le député Leonid Vassioukevitch, appartenant au Parti communiste de la Fédération de Russie (KPRF), s’est levé et a lu une adresse au président Vladimir Poutine, en dépit de plusieurs tentatives d’autres élus et du gouverneur de la région, également présent à la réunion, de le faire taire.

« Nous comprenons que si notre pays ne cesse pas l’opération militaire, il y aura de plus en plus d’orphelins. Au cours d’une opération militaire, des gens finissent invalides, ce sont de jeunes gens qui pourraient apporter beaucoup à notre pays », a-t-il poursuivi. « Nous exigeons un retrait immédiat des troupes russes », a conclu Leonid Vassioukevitch, recueillant quelques applaudissements.

 

les commentaire

Laisser un commentaire